• <o:p></o:p>  Qui est Bruno Cantais ?

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>

          Ils « choisissent » ?<o:p></o:p>

          On a toujours le choix, mon enfant !<o:p></o:p>

          Pourquoi ne choisissent-ils pas autre chose, alors ?<o:p></o:p>

          Le manque de courage fait effectuer des choix étranges. Sans doute trouvent-ils qu’il est plus facile de se mesurer à quelque chose que l’on a déjà vécu ?<o:p></o:p>

          Et moi ? Je ne peux pas choisir, entre le coma et la mort, par exemple ?<o:p></o:p>

          Non.<o:p></o:p>

          Je ne suis pas logé à la même enseigne que les autres ?<o:p></o:p>

          Vous êtes tous à la même enseigne. Il faut mourir pour être confronté à un nouveau choix. Pour le moment, je te rappelle que tu es en sursis. Ton coma fait encore partie de ta vie.<o:p></o:p>

          Et si je finis en légume ? Quel en sera l’intérêt ?<o:p></o:p>

          Tu bénéficieras de toute ta tête, afin de pouvoir progresser dans des domaines que tu as trop longtemps négligés.<o:p></o:p>

          Pourquoi progresserais-je davantage en légume, plutôt qu’en être normal, bénéficiant de toutes ses facultés physiques ?<o:p></o:p>

          Lorsque les individus ont tendance à se fuir eux-mêmes, leur couper les jambes peut se révéler très efficace.<o:p></o:p>

          C’est un jeu de mots, rassurez-moi ?<o:p></o:p>

          Non.<o:p></o:p>

          Vos méthodes ne sont-elles pas un peu radicales ?<o:p></o:p>

          A dysfonctionnement radical : réponse radicale.<o:p></o:p>

          Je dysfonctionne, moi ?<o:p></o:p>

          C’est le moins que l’on puisse dire.<o:p></o:p>

          Avec tous les efforts permanents que je suis obligé de faire pour supporter tout ce que vous me mettez entre les pattes, vous osez dire que c’est moi qui dysfonctionne ?<o:p></o:p>

          Bien sûr. Et c’est justement parce que tu les supportes trop, ces choses que nous te mettons entre les pattes, que tu te retrouves ici dans ce face-à-face !<o:p></o:p>

          Vous reconnaissez donc que je supporte bien plus de choses que tous ces abrutis avec qui vous m’obligez à vivre ?<o:p></o:p>

          Des abrutis évalués au même niveau que toi, entre nous soit dit.<o:p></o:p>

          A vos yeux, je ne vaux pas plus ?<o:p></o:p>

          Non.<o:p></o:p>

          Vous rigolez ?<o:p></o:p>

          Non.<o:p></o:p>

          C’est une blague, rassurez-moi ? J’ai l’impression d’être un modèle, un vrai juste au cœur pur et innocent, qui mériterait son accès direct au paradis sans examen, et vous osez prétendre que je ne vaux pas plus que ces minables ?<o:p></o:p>

     

     

    [tourner la page vers Acte I article 6]

     

    </o:p>

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; // ]]></script><script language="javascript" type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script><script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);} // ]]></script>

    Bookmark and Share <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique