• Image DEVIANT'ART

    Bregman était déjà coupable ici ! 

     

    — Je reformule ma question : qui t’a dit que j’étais Dieu ?

    — Vous n’êtes pas Dieu ?

    — Te crois-tu suffisamment évolué pour pouvoir Le rencontrer ?

    — Je n’ai jamais demandé à vous rencontrer, moi, c’est vous qui m’avez, euh … "convoqué" ?  C’est ça ? On peut dire ça comme ça ?

    — Je ne t’ai pas convoqué : nous avions rendez-vous ensemble. Un rendez-vous déjà prévu de longue date !

    — Excusez-moi du peu, mais il semblerait que je n’ai plus toute ma tête, depuis que vous m’avez laissé en bas dans le coma ! Vous dites "un rendez-vous"… Comment ça, un rendez-vous ? Une convocation, vous voulez dire, non ?

    — Non, pas une convocation : un rendez-vous. Quelque chose qui a su tomber d’un commun accord.

    — Et vous n’êtes pas Dieu ?

    — Non.

    — Alors… qui êtes-vous, bon sang ? Vous croyez que c’est drôle, de communiquer avec un personnage masqué qui ne dévoile jamais son identité ?

    — Le masque que tu perçois n’est que le fruit de tes élaborations mentales. Plus tu te voiles la face, plus ce masque te paraîtra obscur. Un peu comme en bas, finalement ! N’as-tu jamais remarqué que l’idée que tu te fais des choses et des êtres modifie l’image propre de ces choses et de ces êtres ?

    — Pour ma part, j’y vois clair, merci.

    — Pas assez pour me voir au-delà de ce masque, cependant…

    — Si je trouve qui vous êtes, vous me relâchez ?

    — Si tu trouves qui je suis, tu auras fait le premier pas pour pouvoir enfin modifier ta vie.

    — Chic ! Je vais pouvoir jouer à « qui est-ce », alors ? Je pose des questions, et vous répondez par oui ou par non, c’est ça ?

    — Ah ! Ah ! Ah ! "Qui est-ce ?" J’aurai bien tout entendu !

    — Au moins, nous pourrions avancer ! Première question : es-tu un homme ?

    — Laisse tomber ces questions que je laisserai sans réponse. Réponds plutôt aux miennes, et nous avancerons plus vite. Je vais prononcer un mot : tu vas m’en donner ta définition, puis évoquer ce que tu ressens vis-à-vis de ce mot. Es-tu prêt ?

    — Oui.

    — Colère.

    — Colère ?

    — Colère.

    — Ma définition de la colère, c’est… La colère est une explosion vive due au mélange inadapté de deux émotions qui ne savent pas s’exprimer en toute sérénité.

    — As-tu un exemple ?

    — L’amour et la peur de ne pas être aimé, par exemple. Cela peut donner de la colère. Les émotions sont des produits chimiques, dont les réactions ont parfois tendance à nous échapper.

    — Qu’est-ce que cela évoque, la colère, pour toi ?

     

     

    ........ 08/12/2006 : Cette histoire reprendra son cours dans quelques années…

    Bookmark and Share 

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique