• Acte I article 12 - Dégénérescence

     

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

     

          Et que la vie soit, cela ne t'interpelle pas ?<o:p></o:p>

          Ce n’est pas parce que la science n’a pas encore compris pour quelle raison la vie existe, qu’il n’y en a pas.<o:p></o:p>

          Et si la science ne la trouvait jamais, cette raison ?<o:p></o:p>

          Elle la trouvera, soyez-en persuadé.<o:p></o:p>

          Encore de l’orgueil …<o:p></o:p>

          Pourquoi ne la trouverait-elle pas ? Regardez plutôt les progrès effectués, les paradoxes expliqués, les phénomènes compris et rendus prévisibles : l’humanité n’est-elle donc pas capable du meilleur ?<o:p></o:p>

          Elle est, pour l’instant, capable du pire.<o:p></o:p>

          Un jour, elle sera meilleure, donc. D’ailleurs, vous l’avez sous-entendu.<o:p></o:p>

          Pour être meilleure, il faudrait que des gens comme toi acceptent enfin de progresser, au lieu de stagner dans leurs certitudes et de s’embourber dans leurs propres erreurs !<o:p></o:p>

          Pour être meilleurs, ne faudrait-il pas plutôt que des gens comme moi ne soient pas mis entre les mains d’incapables, de frustrés et de dégénérés ?<o:p></o:p>

          Seul un dégénéré peut parvenir à aider un autre dégénéré.<o:p></o:p>

          Dégénéré, vous-même, à la fin !<o:p></o:p>

          Ah ! ça y est ! Les premières insultes fusent et le péché de colère n’est plus très loin !<o:p></o:p>

          Au lieu de me reprocher mes péchés, vous feriez mieux de vous féliciter d’avoir devant vous quelqu’un de bel et bien vivant !<o:p></o:p>

          Vivant ?<o:p></o:p>

          Aïe ! Que faites-vous ? Ma tête ?<o:p></o:p>

          Je ne t’ai pas touché.<o:p></o:p>

          Aïe ! Arrêtez cela, vous dis-je ! Les personnes vivantes ont le défaut de ne pas supporter des douleurs pareilles !<o:p></o:p>

          La douleur est ton maître.<o:p></o:p>

          Il ne faut pas m’en vouloir, mais je préfèrerais en avoir d’autres !<o:p></o:p>

          Alors retourne à tes professeurs et tes études, et contente-toi de ce qui t’est offert et généreusement accordé.<o:p></o:p>

          La douleur s’estompe enfin. Que m’avez-vous fait ?<o:p></o:p>

          Qui te dit que c’est moi ?<o:p></o:p>

          Je le sais, je le sens.<o:p></o:p>

          Tu ne sens rien du tout : tu es dans le coma.<o:p></o:p>

          Je ne savais pas que l’on rencontrait des gens aussi déplaisants, dans le coma.<o:p></o:p>

          Tu ne sais pas encore grand chose.<o:p></o:p>

          Je ne suis pas prêt d’en savoir davantage, si vous vous obstinez à me retenir là.<o:p></o:p>

          Tu veux déjà repartir ?<o:p></o:p>

          Allons ! Cette conversation est stérile. Vous êtes entiché dans vos préjugés. Vous avez décidé de ne pas m’aimer, et rien ne pourra vous faire évoluer !<o:p></o:p>

          Conversation stérile : en effet !<o:p></o:p>

          Vous voyez ! Nous sommes au moins tombés d’accord sur un point ! Vous me libérez ?<o:p></o:p>

          Je vais faire mieux que cela.

     

     

    <o:p>[tourner la page vers Acte I article 13]</o:p>

     <o:p></o:p>

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; // ]]></script><script language="javascript" type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script><script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);} // ]]></script>

    Bookmark and Share <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :