• Le candidat de l'ombre

    (mise à jour du texte du 27 mars 2007 - 23:03)

    Chers compatriotes, chères papillotes,

    <o:p> </o:p>

    C’est avec regret que je me décide enfin à vous faire part de ma candidature secrète pour les présidentielles de 2007.

    Secrète, parce que, si je suis élu, moi, je voudrais que cela ne se sache pas. Etre obligé de me farcir des repas complaisants avec des ministres et des personnalités de tous les pays, ça va, non merci, très peu pour moi. En plus, j'ai horreur des langues étrangères, et je n’ai aucune confiance dans les interprétations. Ouais. Si l’on me dit « mangez, c’est bon », je veux être sûr que c’est vraiment bon, et que personne ne cherche à m’assassiner rien parce que je suis le président de tous les français et que tout le monde le sait.

    <o:p> </o:p>

    Mon maître mot, c’est donc la DIS-CRE-TION. Discrétion.

    Discrète candidature. Le candidat qui échappe à toutes les filatures !

    Ombrattore candidatore, si vous préférez.

    Mascattore surprattore. Hop ! Le troisième homme qui sort de l’ombre, et qui râfle toute la mise.

     

     

    <o:p> </o:p>

    Moi, ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir vivre comme un prince pendant sept ans, enfin, non, plus que cinq, parce qu'il paraît que des couillons ont réussi à exiger une réduction du mandat. Quelle idée ! Moi, ce qui m’intéresse, c’est de vivre dans un palais avec des petits serviteurs un peu partout, des petits larbins qui viennent vous frotter le dos quand ça gratte, des petites soubrettes qui viennent vous ajuster le col de la chemise quand ça ne va pas, et puis des petits fours, tout le temps, dans toutes les pièces, comme ça, je grignote toute la journée et ça ne me coûte pas un rond parce que c’est le contribuable qui paie, et même que; comme je suis le président de tous les contribuables français, eh ben, je m’arrange encore pour détourner un peu de fric discretos pour me allourdir mon parachute doré. Quand c'est gratuit, les choses sont vraiment pas chères.

    Faites-moi confiance pour vous faire honneur. Je consommerai.

    Je regarderai vos voisins travailler toute la journée et vérifierai personnellement qu'ils paient bien leurs impôts, et hop, je consumerai tout en puisant dans la cagnotte.

    C’est vraiment un métier de panard. Vous vous rendez compte ? Comme si vous gagniez au loto sans avoir à remplir de bulletin !

     

    BlogBang<script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=4cffe26edf&n=3&o=SLW" type="text/javascript"></script>

     

    Autant jouer franc jeu, c’est rare.

    Si, si. Je n’ai pas épluché le programme de mes concurrents, ni regardé les multiples émissions télévisées dans lesquelles ils se prennent pour des stars de l’Audi mate, mais je sais, par habitude, que jouer franc jeu n’est pas leur fort.

    <o:p>
    </o:p>

    Donc, moi, je me différenciorise. Ouais. Je me différenciationne. Je me démarcage volontairement, pour bien afficher mes différents. Paf. Dans le pif.

    Et je ne compte pas m’arrêter là.

    <o:p> </o:p>

    Si je suis élu, par exemple, grâce à moi, vous n’aurez plus le temps d’être malheureux.

    Au lieu de ne travailler que trente-cinq heures, bande de moules, vous travaillerez dix-huit heures.

    Par jour, par contre. Faut pas exagérer.

    Plus de chômage non plus. Plus d’air remis et d’allô cautions en tous genres. Au lieu de rester à glander chez vous en attendant votre chôme dû, vous irez ramasser les feuilles mortes des forêts pour en faire du compost. Ouais. L’énergie écolomique, moi, c’est mon air de France… Mon flair de France… Euh, je ne sais plus… Mon fer de transe ? Enfin, bon : mon cheval Dassault, quoi ! Ouais, comme celui du monsieur qui faisait les avions, là, le copain du fameux cheval bleu d’Henri 4 quarts…

     

     

    <o:p> </o:p>

    Les femmes qui resteront à la maison pour faire à manger à leurs maris seront payées. Ouais : avec le salaire de leurs enfants, qui iront travailler à la bonne mine, et ce, dès l’âge de sept ans, le bon âge pour me donner raison.

    Les retraités bénéficieront d’une hausse de leur pouvoir d’achat. Grâce à de petites interdictions de bon sens, comme l’interdiction de posséder une auto, de dilapider leur fric sans consentement de leurs enfants ou de leurs petits-enfants, ou encore de se lancer dans des travaux de rénovation complètement inutiles parce que trop tardifs, leur compte en banque se portera tellement mieux que nous pourrons très vite envisager une diminution de leurs retraites, de l’ordre de cinquante pour cent… MINIMUUUUUUUM !

    Les étrangers pourront rester en France. Ils pourront même inviter leurs cousins, leurs cousines, leurs frères, leurs belles-sœurs et leurs femmes illégales en toute légalité, à condition bien sûr de travailler comme l’ont fait précédemment leurs grands-parents, quand il s’agissait de reconstruire la France après les ravages désolants de la Seconde Guerre Mondiale. Ils peuvent même venir à dos de chameau ou encore en Ferry Botte, ça ne nous posera pas le moindre problème, ils seront acceptés avec leurs religions, leurs toiles s’ils sont peintres, leurs voiles s’ils sont marrants, leurs baskets (on leur vendra des charantaises), leurs casquettes (on leur vendra des bérets), leurs tonsures ou leurs kipoux, leurs nouveaux nés et leurs vieilles tronches, leur peau de couleur et leurs yeux bradés… On s’en fout !

     

    Ouais. Ils seront accueillis les bras couverts. On a besoin de main d’œuvre pour les basses besognes, celles qu’on leur rémunérera à coup de lance-pierres parce que, pour le moment, autant le dire franchement, il ne reste pas beaucoup de sous dans les caisses et c’est même tout le contraire, car on en doit plusieurs milliards à un peu tout le monde. Enfin, pur ça, j'ai un plan : si la population de tous les autres pays pouvait devenir française, on en devrait plus à personne et on serait définitivement riches. Avouez qu'il faut être sacrément astucieux pour y avoir pensé, pas vrai ?

    <o:p> </o:p>

    Objectifs : faire de la France le nouveau Japon du Continent Heureupéen. Le pays où l’on naît pour bosser, où l’on est payé pour bosser, où l’on grandit pour bosser, et où l’on ne meurt pas comme ça, n’importe où, parce qu’on a préféré s’empinarder dans une boîte de nuit plutôt que d’aller bosser.

    Faire de la France le nouveau Phare Ouaiste de demain. Un point lumineux dans un monde où tout le monde a désormais trop pris l’habitude de dire non.

    Ouais.

    Et pis, en plus, la France, ce sera le nouveau symbole de la droiture et de la gauchitude réunies main dans la main, parce qu’on peut être gauche et se tenir droit, et aussi être droitier et mettre de l’argent à gauche.

    Ouais.

    La France, c'est la résurrection de l'empire de Rroms.

    <o:p> </o:p>

    Donc, le 22 avril prochain, votez peu, votez bien : votez-moi, le candidat de l’ombre.

    <o:p>
    </o:p>

    Car je vous dois plus que la lumière.

     

    <o:p> </o:p>

     

     

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script><script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script><script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>
    Bookmark and Share<script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :