• Le pointillisme de l'insomniaque

     

    Qu’est-ce que je pinaille, quand même ! C’est fou, ce que je peux pinailler. Il y en a plein, au travail, qui disent de moi que je suis un pinailleur né. La vérité, c’est plutôt que je bâille toute la journée. Evidemment, ça ne se voit pas forcément. Holà. Vous avez vu ? Rien que d’en parler, ça me fait bâiller.

    Et vous savez pourquoi je bâille comme ça, la journée ?

    Parce que je suis un bâilleur né !

    La nuit, je ne dors pas. Le silence est d’or : moi, je n’aime le monde que lorsqu’il dort ! Du coup, je ne dors pas. Je suis un pointilleux du sommeil, moi. J’ai le cerveau fonctionnel qui se met en marche au moment même où le reste de l’intelligentsia humaine déconnecte. L’intelligence rationnelle qui se met à gronder en silence. Les neurones qui s’agitent et qui se connectent dans tous les sens.

    L’imagination transcendantale.<o:p></o:p>
    <o:p></o:p>

    C’est d’ailleurs ce qui m’a donné l’idée du titre de ma thèse personnelle et secrète sur les pointilleux du sommeil. Un texte que j’ai écrit pour m’endormir, le soir, quand je le relis dans mon lit.

    Vous allez voir. C’est génial. Ça se berce comme du petit laid.<o:p></o:p>

     

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

    Le pointillisme rationnel et le pointillisme transcendantal.<o:p></o:p>

    (C’est le titre.)

    <o:p></o:p>

    Vers une théorie du pointillisme originel.<o:p></o:p>

    (Ça, c’est le sous-titre. J’ai déjà observé qu’il est de bon ton d’agrémenter les titres de sous-titres, quand on veut faire partie de l’intelligentsia philosophique et littéraire respectable.)<o:p></o:p>


    <o:p></o:p>

    Le pointillisme ne synthétise qu’en partie le suicide universel.

    Le suicide primitif ou le suicide tout court ne suffisent bien évidemment pas à expliquer le suicide sémiotique dans une perspective nietzschéenne contrastée. Si le pointillisme primitif est pensable, c'est qu’il s'en approprie l'origine minimaliste en tant que concept originel de la connaissance. C’est aussi qu’il conteste l'analyse rationnelle du suicide universel, en appropriant l'aspect post-initiatique du suicide primitif en regard du pointillisme métaphysique en tant qu'objet originel de la connaissance.

    Avec la même sensibilité, on ne saurait assimiler, comme le fait Leibniz, le platonisme métaphysique à un suicide moral, car le pointillisme illustre un platonisme génératif sous un angle déductif.

    (Normalement, là, si vous êtes attentif, ça doit commencer à légèrement chauffer, comme quand vous vous mettez le portable à micro-ondes tout près de l’oreille Si, en revanche, vous possédez déjà quelques toxiques dans le sang, vous vous mettez à rire tout seul. Continuons :)

    C'est dans une finalité similaire, que Kant envisage l'expression post-initiatique du pointillisme. Notre hypothèse de départ est la suivante : le pointillisme s'appuie sur un esthétisme génératif dont l’originalité réside en le fait de pouvoir dépeindre la part du suicide primitif tout comme celle du suicide universel. En ce sens, le pointilleux normatif ne serait qu’un trait d’union entre le suicide primitif originel et le suicide universel consécutif.

    Cette hypothèse est cependant remise en cause lorsque l’on cherche à donner une signification particulière à la direction spéculative du pointillisme. En effet, il est indubitable qu'il restructure la démystification substantialiste de l’individu. Néanmoins, il est prouvé qu’il s'en approprie cependant l'aspect sémiotique en tant que concept minimaliste de la connaissance, alors qu'il prétend tout bonnement l'opposer à son cadre politique et intellectuel, cadre dans lequel le même pointillisme ne se comprendrait d'ailleurs qu'à la lueur d’un esthétisme métaphysique universel utopique et donc peu probable.

    <o:p></o:p>

    (Vous me suivez ?)

    <o:p></o:p>

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

    Il se dresse donc contre l'analyse minimaliste du pointillisme, et si on ne peut contester l'impulsion leibnizienne de la certitude originelle, la particularité peu négligeable selon laquelle l'analyse synthétique du pointillisme constituerait en réalité une déstructuration irrationnelle de la personnalité pointilleuse du penseur et de ses modes de pensée, lesquels modes basculeraient alors inévitablement dans la recherche désespérée de l’idéalité de la connaissance de l’universalité du monde au travers l’incommensurabilité de ses objets représentatifs les moins répertoriés.

    Premièrement, il identifie la relation entre objectivisme et antipodisme ; deuxièmement il en restructure la déstructuration sémiotique dans l’expression esthétique de sa conceptualisation. Si, d'une part, on accepte l'hypothèse que le pointillisme s'approprie, par ce biais, l'expression universelle de l’individu, et si, d'autre part, il en spécifie l'aspect originel, dans son acception sartrienne, de l’universalité de l’individualité comme singularité phénoménologique et notoire, il est évident que le pointillisme désastreux devient la source même du pointillisme esthétique, et que, dès lors, l’individu ravagé devient le phénomène de matérialité du matérialisme esthétique comme concept existentiel et origine du monde.

    Cela nous permet d'envisager qu'on ne saurait assimiler, comme le fait Descartes, le monoïdéisme sémiotique à un matérialisme déductif. Le paradoxe du matérialisme rationnel illustrant alors parfaitement l'idée selon laquelle le matérialisme déductif n'est ni plus ni moins qu'un monoïdéisme phénoménologique transcendantal.

    Il est alors évident que le pointillisme rationnel schématise inévitablement la déstructuration originelle de la connaissance, et que l'analyse phénoménologique du pointillisme originel réfute complètement l'aspect génératif de la déstructuration environnementale comme conceptualisation effective de l’être humain en tant qu’entité larvaire, spéculatrice et dégénérescente.

    (Tes paupières sont lourdes. Tu ne vois que les mots de cette page, qui te bercent comme un nourrisson laid à qui l’on vient de livrer la dernière tétée …)<o:p></o:p>

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

    Pointillisme existentiel : Une théorie existentielle.

     « Il n'y a pas de pointillisme sémiotique », écrit Leibniz. Le pointillisme ne se borne, de ce fait, pas à être un spinozisme idéationnel que l’on pourrait réduire à une simple circonspection de la réalité en tant qu’objectivité neutralisée de l’individualité sincère et métaphysique.

    Le spinozisme rationnel ou la passion déductive ne suffisent, par conséquent, pas à expliquer l’esthétisme synthétique en tant qu'objet spéculatif de la connaissance. L'expression existentielle du pointillisme, par ce biais, s’appuie sur une passion démystifiée, passionnelle, idéationnelle et pointilleuse de l'antipodisme relationnel comme réaction sémiotique, volontaire ou involontaire, engendrée envers et contre l’ultramontanisme moral et social.

    Finalement, si le pointillisme subsémiotique est pensable, c'est qu’il en interprète la réalité générative en tant que concept sémiotique de la connaissance, et non comme un pointillisme calculé qui ne ferait que rejeter la relation entre immoralisme et contemporanéité, pour la resituer dans toute sa dimension intellectuelle, sociale et politique.

    On ne saurait, par déduction, faire référence au discours de Bergson à propos du confusionnisme : si l’on accepte l'hypothèse selon laquelle la conception existentielle du pointillisme relève de l’essence même de l’être, et que l'esthétisme minimaliste relève, lui, de la démystification post-initiatique du pointillisme transcendantal, alors la relation entre passion et distributionnalisme émane de l’être et non du néant, et le pointillisme passif ne suffit en aucun cas à expliquer l'esthétisme comme intersection de la déstructuration sémiotique avec l'immoralisme idéationnel. L’intuition rationnelle de la dialectique aurait donc une responsabilité toute particulière dans l'extratemporalité phénoménologique du pointillisme, tout comme l’extratemporanéité phénoménologique aurait sa part de responsabilité dans l’inéluctabilité de pointillisme vis-à-vis de l’universalité de l’être considéré en tant que tel parmi le reste du monde.

    (Ton corps est pesant, ta respiration se fait lente et régulière)

    Comme il semble difficile d'affirmer que l’argumentation classique de la réduction du temps de pointillisme va à l’encontre de toute approche sémantique et existentielle du causalisme, on ne saurait reprocher à la métaphysique même du pointillisme de ne pas spécifier de manière brute et définitive que la démystification du pointillisme remet en doute l’idée selon laquelle le pointillisme universel ne serait qu’une approche morale du causalisme originel considéré dans la globalité de son ampleur. L'influence du pointillisme sur l’aspect final, de l’œuvre en tant que modernité subjective et universelle définitive sera donc considérée comme majeure, et l'hypothèse selon laquelle l’idée subjective et originelle ne serait que pur concept vis-à-vis de la déstructuration de la problématique spéculative sera dorénavant totalement écartée de la réalité existentielle du pointillisme désastreux et du pointillisme nécessaire.

    Entre liberté et modérantisme, nous opterons donc pour un matérialisme antipodique dont l’étude sémiotique contestera, de toute évidence, l'irréalisme moderniste contre la dégénérescence empirique du réalisme universel interprété.

    (ron ron …)<o:p></o:p>

     

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

    Vers une théorie du pointillisme post-initiatique.

    C'est avec une argumentation similaire que nous spécifierons la démystification idéationnelle du pointillisme. Une argumentation circonstancielle prise en compte dans sa confrontation nietzschéenne.

    En effet, la relation entre pointillisme et démystification, aura pour hypothèse de départ la suivante : la perception spinozienne du pointillisme est déterminée par une intuition universelle de l'objectivité. Est-il nécessaire de rappeler que c'est d’ailleurs de cette manière que Sartre caractérise l'aristotélisme par son objectivité phénoménologique ?

    Le scientisme dans sa conceptualisation puise donc ses racines dans l'opposition contrastée de l’intelligentsia locale et universelle, en même temps que dans le pointillisme exacerbé de l’être idéationnel dans l’acception morale du monde et de son universalité.

    <o:p></o:p>

    Par conséquent, et pour conclure :

    Le suicide idéationnel en tant qu'objet idéationnel de la connaissance peut être considéré comme justifié si, dès lors que le pointillisme originel a su se dissocier de toute sa dimension intellectuelle et sociale, la déstructuration synthétique de l’esthétisme en tant que conceptualisation universelle a su redonner une nouvelle direction générative au pointillisme émotionnel comme lutte finale contre l’universalité de l’individu confronté au paradoxe identitaire de sa propre dégénérescence sémantique.

    Par conséquent, le pointillisme originel ne serait qu’une forme non élaborée et définitive du pointillisme transcendantal de l’être vis-à-vis du néant.

    Le pointillisme de l’être, en tant que réalité subjective de l’intuition spirituelle, ne serait donc que l’origine même du suicide sémantique comme acceptation totale du pointillisme religieux.

    <o:p></o:p>

    (…)

    <o:p></o:p>

    C’est ti pas bôôôô, le silence, tout de même ?

     

     

    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

     

    Toi aussi, génère des textes philosophiques : http://www.charabia.net/gen/gendisp.php?gen=1

     

     

    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

     

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script><script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script><script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>
    Bookmark and Share<script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Liliput
    Vendredi 20 Octobre 2006 à 16:12
    Oh l??.. Tu fournis les cachets d'asp?c ?!
    2
    charliebregman
    Samedi 21 Octobre 2006 à 04:28
    D?l?j'ai d? tout consomm?)
    3
    visiteur_Fullmetalgi
    Samedi 20 Janvier 2007 à 13:30
    Oul?...
    Je crois que j'ai quelque toxines dans le sang... Parce que je me suis mise ?ire lorsque tu as signal?es alternatives possibles suite ?e texte.
    Insinue-tu que faire taire le monde c'est parler sans cesse ? Hypoth? ??fier. ?tombe bien, j'ai SVT lundi. Je crois que c'est le cours id?.
    4
    charliebregman
    Samedi 20 Janvier 2007 à 15:38
    Je confirme : SVT est le cours id?.
    Ou alors, il reste le cours d'histoire ;)

    Bises et bon courage pour cette petite exp?ence !
    5
    visiteur_Fullmetalgi
    Samedi 3 Février 2007 à 20:35
    Voil?J'ai v?fi? En effet, le cours de SVT pourrait ?e r?rtori?ans les pires somnif?s... horreur. Surtout quand on passe uen vid?sur les groupes sanguins avec une musique de piano hyper r?titive et une prof qui dit environ 42 fois "bien s?en 10 minutes.
    Je serai pr? ?ire le dico plut?ue d'endurer ??ouveau.
    PS : J'ai essay?e lire Victor Hugo... J'ai malheureusement abandonn?.. c'est un peu dure quand on voit que les lignes d'explications en bas de page prennent plus de place que le texte en lui-m? T T
    6
    charliebregman
    Dimanche 4 Février 2007 à 21:46
    Moi non plus, je ne lisais pas Victor hugo, ?on ? ! Certaines adaptations cin?tographiques sont assez bonnes pour en fournir un bon r?m?)
    En r?e g?rale, je me suis toujours m??es lectures impos?.
    Mais lorsque j'ai d?uvert le vrai go?e la lecture, je suis parfois revenu ?e vieux conseils que je trouvais ringards ...

    Pour info : ?e jour, je n'ai toujours pas lu Victor Hugo ... Mais il ne faut pas le dire, car certains verront l?'explication de la m?ocrit?e certains de mes ?its ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :