• EPHEMERES / 1995-1997
    Version revue et corrigée du 26 janvier 2006.

    Première feuille






    Mon oreiller est mouillé par les larmes

    (Je n'arrive pas à oublier les rues du temps où il pleut)


    Qu'est-ce que c'est que ce vide d'ombre

    que même la lumière ne pénètre ?


     

    [ Ma clef se serait-elle froissée ? ]


    Les mots sont des graines d’images
    Je les arrose tous les soirs



     

    — Tu as raison !
    Ma vue se trouble, s'efface et s'invente
    et mes paupières t'ont fait disparaître


     

    ( Est-ce l'amour que tu as emporté ? )





     

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[    WEBO_ZONE=1;   WEBO_PAGE=1;   webogold_ok=0; // ]]></script><script language="javascript" type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script><script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[    if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);} // ]]></script>  
    Bookmark and Share <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique