• Charlie Bregman est-il un écrivain ?

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>Un jeune écrivain, c'est quelqu'un de jeune, qui bénéficie de la "protection" d'un mécène, plus couramment appelé éditeur.<o:p></o:p>

    Ayant tout juste passé le cap de la trentaine, j’espère pouvoir encore me considérer du bon côté de la jeunesse.

    Par contre, bien qu'ayant déjà quelques ouvrages sous le coude, je n'ai encore jamais été publié : d'une part parce que deux de mes manuscrits, sans doute envoyés un peu prématurément, ont déjà été refusés (1997 et 2001), et d'autre part parce que cela m'a rendu suffisamment objectif et perfectionniste pour ne pas céder aux sirènes de la publication à chaque fois que je laisse tomber un mot FIN.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Je ne suis donc, pour l'instant, qu'un simple blogueur dans son bocal. Un écrivailleur quotidien des nuits blanches et de la double vie, qui a troqué son encre et sa plume contre un bel ordinateur portable tout neuf et son clavier AZERTY.

     

    Les auteurs sur le Net

    <o:p></o:p><o:p></o:p>Internet offrirait-il aux grands auteurs de l’ombre, aux écrivains maudits du succès et de la renommée, une possibilité de gestation surveillée ?<o:p></o:p>

    Car derrière chaque publication se cachent de longues heures de travail, qui peuvent aller de quelques mois à quelques dizaines d’années. L’angoisse de l’écrivain, n’est-elle pas de travailler de la sorte comme un condamné à qui l’on aurait interdit la parole et la lumière ? N’y a-t-il pas des moments où l’appel d’un écho doit se faire de plus en plus pressant ? S’exprimer dans le vide et bâtir une œuvre sur des espoirs qui ne verront sans doute jamais le jour, n’est-ce pas quelque peu … pathétique ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Heureusement, les époques ont changé et les poètes maudits ont désormais une béquille à leur démarche. Que dis-je, une béquille ! Un radeau, un navire, une planète !<o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Planète Internet

    <o:p></o:p>

     La planète Internet est un monde fabuleux, que même les plus grands utopistes de l’antiquité n’auraient jamais osé pouvoir imaginer : un monde dans lequel chacun peut s’exprimer librement, être soi-même et dire ce qu’il pense, ou bien être celui qu’il n’aurait sans doute jamais pu être dans la vie réelle, et pouvoir ainsi exister ou cohabiter en même temps dans deux mondes parallèles.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le savoir de toute l’humanité, mis en commun sans aucune barrière de distance ou de frontière, fortifié comme une résurrection de la tour de Babel, encore freiné quelque peu par les différences de langages des peuples et des contrées, est sur le point de ne former plus qu’un grand TOUT unique, espèce de conscience supérieure et collective qui est, sans nul doute, la plus grande invention humaine de tous les temps depuis l’imprimerie de Gutenberg.

     

     

    Le blog : un style à part entière ?

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>De la propagation des écrits de la Bible, l’humanité en est arrivée à un stade de la propagation des blogs !<o:p></o:p>

    Qu’est-ce qu’un blog ?

    <o:p></o:p>

    Un blog est un site web sur lequel une ou plusieurs personnes s'expriment de façon libre, sur la base d'une certaine périodicité. Son expression est décomposée en unités chronologiques, chaque unité est susceptible d'être commentée par les lecteurs et est le plus souvent enrichie d'hyperliens externes. C'est un outil de publication en ligne en quasi temps réel.

    <o:p></o:p>

    Blog est un mot-valise, né de la contraction de « web log » (c'est-à-dire carnet de bord Web). Contrairement au site web personnel, le blog bénéficie d'une structure éditoriale pré-existante, sous la forme d'outils de publication plus ou moins formatés.

    <o:p></o:p>

    Le blog est donc la solution idéale des jeunes écrivains qui veulent soit évoluer sous tutelle, soit s’auto-éditer à moindre coût.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Charlie Bregman, jeune auteur, se contentera de vouloir tout simplement exister en tant que manipulateur adroit ou maladroit de la langue française, pour dénoncer une terre et une époque dans laquelle l’essence des êtres n’a plus sa place.<o:p></o:p>

    Sur le net, le poisson rouge que je suis aura-t-il alors droit à un nouvel océan ?<o:p></o:p>

    Cela reste en suspens.

     

     En attendant, je n'aurai qu'une devise à exprimer : mieux vaut évoluer en eau douce parmi un blog, qu'en apnée totale au fond d'un tiroir !

     

     

    Edition à compte d’auteur pas chère

    <o:p></o:p>

      J’utiliserai donc ce blog pour publier mes écrits sans que cela ne me coûte le moindre sou … si l’on ne s’amuse pas à convertir le temps passé en argent perdu, bien entendu, auquel cas je me retrouverais inévitablement relégué au rang des paniers percés de l’existence et des rentabilités !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mes premiers écrits, aujourd’hui disparus, remontent à l’année de mes treize ans : des nouvelles de science-fiction qui avaient pour thème principal la possibilité de pouvoir effectuer des voyages à travers le Temps.<o:p></o:p>

    Depuis, bien des pages blanches auront été sacrifiées sur l’autel de mes espérances, parfois pour graver des métamorphoses qui demeureraient inoubliables, parfois pour des vanités qui ne méritaient certainement pas autant de considération.<o:p></o:p>

    Ce fut le cas, par exemple, de ma première pièce de théâtre, écrite en alexandrins, parce que la fille dont j’étais tombé amoureux s’était amusée à me lancer le défi de relever ce type d’exploit a priori hors de ma portée. Quelques semaines plus tard, alors que j’entamais à peine l’écriture du cinquième et dernier acte, je détruisis rageusement l’ouvrage en question sous l’effet d’une jalousie dévastatrice qui m’avait contaminé en apprenant que l’objet de mes convoitises en aimait un autre !<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il me restera malgré tout de ces premières centaines d’heures solidifiées dans le marbre du grandiose et de l’inoubliable, l’histoire de fond de ce qui devint bientôt mon premier roman.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les Impatiences Amoureuses, dont le premier jet, désormais très loin de la version actuelle, aura été écrit pendant mon adolescence, raconte l’histoire simple et si commune d’un adolescent de quinze ans dont le seul défi devient très vite de connaître enfin l’amour.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Rien que pour cette retransmission là, je tenais à me définir comme étant un jeune écrivain à part entière.<o:p></o:p>

    Mais les années passent, et le Charlie Bregman d'aujourd'hui n'a plus vraiment quinze ans ...

      

     

    Illustré par Jepeh, les Impatiences amoureuses est le premier roman de Charlie Bregman


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique