• Lorsque les édifices ne tiennent pas

    [illustration : Escher]

     

     

    Mais sécher des cours rébarbatifs pour s’offrir une culture architecturale tout autre n’était pas du goût de tout le monde. Sécher un cours, c’est manquer de respect à celui ou celle qui le dispense, quel que soit ton point de vue sur l’enseignement en question. Sécher un cours lorsque tu fais partie d’une promotion de cent cinquante étudiants n’est certes pas très grave, puisque peu repérable. Cependant, ceux que je séchais étaient plus « scolaires » dans leur mode de fonctionnement : les cours de projet étaient en effet dispensés par groupes de vingt étudiants en moyenne. Chaque semaine, au lieu de poireauter une matinée complète que l’architecte DPLG qui nous servait d’enseignant me consacre dix minutes de questions existentielles inadéquates, je choisissais le contact privilégié avec les grands maîtres en personne : Tadao Ando, Renzo Piano, Franck Lloyd Wright… Tandis que l’on nous projetait des réalisations de la Cité Radieuse sans explication, c’est au sein de ses propres écrits que je découvrais la véritable philosophie du Corbu, moi, et lorsqu’on me parlait d’esthétisme et de proportion, je me plongeais au moins dans l’étude minimale de la Renaissance et du nombre d’Or …

    Mais, au moment des rendus, le jugement dernier s’abattait sur moi comme un couperet :

    « — Pourquoi ce mur droit dans cette direction, et pas plutôt dans une autre ? »

    Question tellement débile pour moi, que j’en restais immanquablement sans voix.

    Parfois, cela changeait. On me reprochait de vouloir établir un édifice de style « classique » :

    « — J’ai voulu faire, me défendais-je, un projet contemporain qu’à l’intérieur, comme un petit monde moderne respectueux de tous les autres bâtiments qui composent la place dans laquelle il s’intègre, et notamment la cathédrale Saint-Jean, qui est un édifice gothique, marqué par la fioriture et la narration des bas-reliefs. La façade de mon projet, en pierre taillée, se compose d’arcades et d’ouvertures dont les proportions se basent sur les principes de la Renaissance, tout comme les autres constructions de la place, édifiées au dix-huitième siècle.

    — Mais la cathédrale est gothique : elle n’a pas été édifiée au dix-huitième siècle ! Alors pourquoi pas construire plutôt un édifice gothique, si l’on va par-là ?

    — Je trouvais que la meilleure façon de mettre en valeur cet édifice, c’était justement de rester le plus neutre possible. La cathédrale est le seul édifice gothique du quartier, ce n’est pas elle qui donne le ton. Et puis, édifier une construction aux façades contemporaines ne serait qu’une réponse effectuée sous l’emprise de la mode. Dans dix ans, les matériaux et formes seraient devenus complètement hors sujet, incohérents et inadaptés. Ce n’est que derrière mes arcades de pierre que j’ai offert de la modernité à mon édifice : de grands volumes, des puits de lumière et de la transparence, une médiathèque et un ascenseur !

    — Hum ! »

    Lorsque le professeur finissait ainsi, je savais qu’il n’était pas d’accord. Il me mettait alors dix ou onze sur vingt, ce qui n’était pas si terrible que ça, d’ailleurs, puisqu’il me considérait pile poil à cheval sur la moyenne acceptable …

    Cependant, pour l’administration de l’école, cela ne suffisait pas. Obtenir un certificat signifiait avoir obtenu la mention assez bien, c’est-à-dire la moyenne de douze sur vingt.

    Ainsi, j’échouai à trois certificats, de trois à dix misérables points sur deux cents.

     

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Lili
    Mercredi 19 Septembre 2007 à 13:18
    ?doit ?e chiant, les ?des d'archi ...
    2
    visiteur_bregman
    Mercredi 19 Septembre 2007 à 21:09
    Les ?des, non ... Le fait d'?e jug?ur des choses purement subjectives, ? c'est un autre probl? !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :