• Ondes Wi-Fi, danger ?

    Albert Einstein a démontré que tout dans l'univers est énergie. Souvenez-vous de cette fameuse équation E=mc2, où l'énergie est égale à la masse multiplée par sa vitesse au carré.

    En apparence, tout solide semble immuable. Pourtant, dès que l'on commence à s'intéresser à ce qui le constitue réellement, les choses s'avèrent tout de suite plus compliquées. En effet, la matière est faite de vide et son apparente immuabilité cache en vérité une fréquence vibratoire qui lui est propre, mais tout en étant différente selon la structure générale, la façon dont elle a été fabriquée, etc. Chaque molécule est en effet constituée d'atomes, chaque atome est composé d'un noyau constitué de neutron(s) (charge électrique nulle) et de proton(s) (charge positive), autour duquel tournent le ou les électron(s) (charge négative).

     

    hebergeur image

    L'atome d'hydrogène, par exemple, correspond au plus simple de tous les éléments que nous connaissons, puisqu'il est constitué d'un seul proton associé à un seul électron.

    L'électron, qui a pendant longtemps constitué pour les scientifiques la limite observable de l'infiniment petit, est lui-même constitué de différentes particules qui n'ont pas encore dévoilé leurs secrets.

     

    Mais la question que se sont posées les cinq lycéennes danoises Lea Nielsen, Mathilde Nielsen, Rikke Holm, Signe Nielsen et Sisse Coltau ne concerne pas les limites de l'infiniment petit, mais la possibilité d'une interaction entre les ondes Wi-Fi de nos routeurs sur la fréquence vibratoire propre d'un organisme vivant :

    Est-ce que les ondes Wi-Fi engendrent des modifications, oui ou non, sur les tissus vivants ?

    Plutôt que de parier sur une éventualité, les 5 chercheuses en herbe se sont munies de graines de cresson, qu'elles ont réparties équitablement dans une douzaine d'assiettes différentes qu'elles ont ensuite séparées en deux groupes de six.
    Pendant 12 jours, l'expérience consistait seulement à laisser les choses se faire.

    Les 6 premières assiettes ont été placées dans une pièce équipée de deux routeurs Wi-Fi (norme IEEE 802.11g), tandis que les 6 autres ont été placées dans une autre pièce "témoin" non soumise au rayonnement Wi-Fi.

    Leur résultat est sans appel et fait l'effet d'un tsunami au sein de la communauté scientifique internationale :

    Contrairement aux graines de la pièce témoin dans laquelle le développement de la plante s'est effectué de manière normale, les graines placées à proximité des routeurs Wi-Fi, elles, n'ont pas du tout germé.
    Pire encore, d'autres ont muté.

    hebergeur image

    Malgré le fait que l'expérience reste à refaire dans un laboratoire scientifique (subventionné, on l'espère, par des fonds sans liens avec les opérateurs de téléphonie !), les 5 lycéennes ont obtenu le prix "jeunes chercheurs" de leur pays, récompensé par une somme de 1000 couronnes danoises.

    « Dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges » a commenté le professeur Olle Johansson de l’Institut Karolinska de Stockholm.

    Et vous, pensiez-vous que les ondes Wi-Fi pouvaient faire de tels dégâts ?

    Dormirez-vous encore sur vos deux oreilles, lorsque vous fermerez les yeux près de votre boîte internet ?

    Bon, d'accord, certains vont dire : "Oui mais." En effet : "Oui, mais nous ne sommes pas des graines de cresson. Nous n'avons pas le même poids et sommes assurément plus résistants."

    Oui, c'est exact.

    Mais les molécules qui nous constituent, elles, ne sont-elles pas encore plus assurément fragiles que ces pauvres petites graines qui ne demandaient qu'à croître dans de meilleures conditions ?

     

    source de l'info : http://www.slate.fr/life/73211/wi-fi-cresson-ondes


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :