• Prés en bulles

     

    Qu'est-ce qu'un blog ? A quoi sert un blog ? Pourquoi, fichtre d'âne, les bloggueurs tiennent-ils des blogs ?
    Y a-t-il une quelconque utilité à débiter sa vie sur le net ?<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    Est-ce que c'est bien net, tout ça ?<o:p></o:p>

    Personnellement (autant jouer cartes sur table), j’ai toujours trouvé suspect le fait de devoir parler de soi. Pour moi, les gens qui aiment à ce point parler d’eux, sont :<o:p></o:p>

    -          des nombrilistes qui ne valent pas la peine qu’on les écoute<o:p></o:p>

    -          des dépressifs qui n’ont pas assez de tunes pour aller consulter un psy<o:p></o:p>

    -          des immatures qui croient que c’est comme ça qu’on s’offre une jeunesse éternelle<o:p></o:p>

    Sans doute suis-je un mélange de tout ça. Mais (laissez-moi cette illusion) tout espoir de guérison commence d’abord par une prise de conscience ! Je suis donc peut-être encore un petit peu fréquentable !!!

    <o:p> </o:p>

    Lorsque j’ai ouvert ce blog (il y a un an et demi), j’avais plusieurs raisons, et je vais enfin vous les avouer, toutes, les unes à la suite des autres :<o:p></o:p>

    -          j’écrivais depuis trop longtemps dans l’ombre, et je désirais confronter mon travail à des personnes extérieures et affectivement complètement étrangères, surtout pour gagner du temps avant de pouvoir poser un regard plus objectif sur mes propres textes

    <o:p>-          le fait de publier sur le net me permettrait à la fois de trouver des lecteurs, et de rester dans l'anonymat le plus complet (une véritable aubaine, l'anonymat !)</o:p>

    <o:p></o:p>-          j’avais encore beaucoup de projets dans la tête, mais je savais que si je ne trouvais pas un moyen de me botter le c… tous les matins pour faire le boulot, je mourrais un jour avec cet air extrêmement con de ne pas avoir su profiter d’une vie entière pour faire ce à quoi j’étais sans doute prédestiné<o:p></o:p>

    -          le roman des impatiences avait été réécrit déjà deux fois, il contenait des passages extrêmement prometteurs et rigolos, mais il avait avant tout besoin, d’urgence, d’un gros coup de sabre, et ensuite, d’une bonne dose de courage pour le recommencer et le diriger vers quelque chose de plus homogène, cohérent et satisfaisant<o:p></o:p>

    -          je me disais qu’en me lançant dans la conquête du web, j’allais pouvoir préparer mes marques pour le jour où je me déciderais à publier quelque chose, car mon nom ne serait pas totalement inconnu au moins pour cette partie de lecteurs potentiels

    <o:p>-          j'allais pouvoir rencontrer des gens dans le même cas que moi, échanger des idées et points de vue, et qui sait, collaborer peut-être avec eux pour des projets plus collectifs (ce fut aussitôt le cas avec JEPEH)</o:p>

    -          enfin, j’allais pouvoir me confronter au plaisir d’une écriture plus rapide, plus « instantanée » et moins assujettie à  la réflexion et l’analyse, avec des articles courts et des textes correspondant plus à mes humeurs du moment<o:p></o:p>

    En quelque sorte, ouvrir ce blog allait me permettre de regrouper trois ingrédients qui me sont chers : l’amour de l’écriture, le travail, et la liberté … surveillée.<o:p></o:p>

    Car la liberté, sans borne et sans garde-fou, est dangereuse. Extrêmement dangereuse. Et je sais trop bien combien certaines explorations demeurent périlleuses, si elles ne se font pas sans avoir préalablement pris la précaution d’en tenir informées, quelques personnes, au fur et à mesure de la progression dans le droit chemin.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Aujourd’hui, j’ouvre sur ce blog une nouvelle rubrique de textes, intitulée MILLE ET UNE NUITS. C’était le titre d’un journal « intime », un journal de l’être contre l’avoir (comme j’aimais le définir), qui a maintenant douze ans d’âge.<o:p></o:p>

    Ce journal, je me décide enfin à en partager quelques-uns de mes meilleurs morceaux, pour donner plus de contenu à ce blog, plus de consistance, plus de véracité.<o:p></o:p>

    Une partie de moi est sombre. Je ne l’aime pas et je fais tout pour lui opposer la plus vive résistance, comme la plupart d’entre vous, d’ailleurs. Mais cette partie de moi existe, elle est là, et je ne vois pas pourquoi il faudrait la condamner elle, plutôt qu’une autre.<o:p></o:p>

    Après tout, l’ombre n’existe pas sans la lumière … La lumière n’est rien sans l’obscurité … La musique s’oppose au silence, et qu’est-ce que la musique, sinon une symphonie de notes et de silences ?<o:p></o:p>

    Le bien et le mal cohabitent en chacun de nous, qu’on le veuille ou non.<o:p></o:p>

    L’espoir et le désespoir.<o:p></o:p>

    L’humour et la tristesse.<o:p></o:p>

    La joie de vivre et la souffrance.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Cette nouvelle rubrique, je la déconseille formellement à tous ceux qui voudraient en faire un usage exclusif.<o:p></o:p>

    Elle est à consommer en alternance avec ONE MAN SHOW, LES IMPATIENCES AMOUREUSES ou la vision du monde décrite par BICHOUNETTE …<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Un blog, c’est une partie de soi-même que l’on sauvegarde à l’abri de l’usure du temps.

    Aujourd'hui, j'aimerais sauvegarder avec vous un autre aspect de ma personnalité. Moins marrant, mais peut-être ... un peu plus littéraire !?

    <o:p> </o:p>

    Voici, pour finir (ou commencer), une petite citation de NIETZSCHE, extraite de Humain trop humain :

     

    « Le penseur, et de même l’artiste, qui a mis en sûreté le meilleur de lui-même dans des œuvres, ressent une joie presque maligne quand il voit comment son corps et son esprit sont par le temps brisés et détruits lentement, comme s’il voyait d’un coin, un voleur travailler son coffre-fort, sachant, lui, que le coffre est vide et que tous ses trésors sont sauvés. »

     

     

     

     

     

    <o:p></o:p> 

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Agnès G
    Jeudi 30 Août 2007 à 12:48
    Chic ! Le journal intime de Charlie enfin ouvert au grrrrrand public ;)
    2
    visiteur_Liliput
    Vendredi 31 Août 2007 à 13:11
    Youpiiiiii !

    Par contre, chez les impatiences de l'amour qui tarde, on s'impatience gr??, au cas o? ne le saurais pas ...
    A bon entendeur ;)
    3
    visiteur_Patoune
    Dimanche 2 Septembre 2007 à 21:13
    un blog sert aussi ?changer plein de trucs avec tes amis :)
    4
    visiteur_bregman
    Lundi 3 Septembre 2007 à 21:38
    Et aussi ?e cr? de nouveaux amis :)
    5
    visiteur_bregman
    Lundi 3 Septembre 2007 à 21:39
    Pour Liliput, te voil?atisfaite : les impatiences ont repris ;)
    6
    visiteur_bregman
    Lundi 3 Septembre 2007 à 21:41
    Agn?G -> Ne r? pas trop, tu risques d'?e d?e ;)
    7
    visiteur_Liliput
    Jeudi 6 Septembre 2007 à 13:31
    Bregman restera riche de plein de choses, m? en ayant rempli tout son coffre !
    8
    visiteur_bregman
    Jeudi 6 Septembre 2007 à 20:38
    Riche de plein de choses, peut-?e ... mais riche tout court, ? c'est une paire de manches !
    9
    visiteur_l'enchanteu
    Samedi 15 Septembre 2007 à 13:03
    le temps que tes mots cesses de rebondirent dans mon crane et que mes propres pens? refassent surface, je tenais ?e dire que ton style d'?iture est fort prenant. Une v?table symphonie. Je repart dans ma lecture, ?ient?e pense.
    10
    visiteur_bregman
    Dimanche 16 Septembre 2007 à 22:38
    Merci beaucoup ?oi pour ce commentaire tr?agr?le !
    Tu es ici chez toi, et n'h?te pas ?e faire part de tes r?tions !
    A bient?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :