• Quelques poings au fond des poches

     

     

    Un des enseignants poussa même sa vengeance personnelle jusqu’à me faire effectuer un travail de rattrapage durant les vacances estivales. Professeur d’art plastique, il m’avait pris en grippe pour un travail d’art contemporain que j’avais réalisé sans jamais avoir sollicité son avis. Il faut dire que j’aurais volontiers accepté de faire des efforts si un épisode assez saugrenu, survenu quelques mois plus tôt, ne m’avait pas définitivement conforté dans l’idée que cette discipline était et demeurait complètement incompatible avec tout système de notation, aussi objectif et impartial fût-il : une élève, certes assez imaginative, avait eu l’idée de se constituer une collection inaccoutumée de brosses à dents usagées, qu’elle avait alors plantée dans un gros pot rempli de terre. Hors d’échelle, mise en œuvre à la va-vite et sans aucun souci d’harmonie colorée, la collection avait cependant joui, à ma plus grande consternation, d’une notation inespérée : dix-neuf sur vingt !

    Ayant osé boycotter, lors de l’exercice suivant, l’artiste loufoque qui nous servait de professeur, je m’étais donc retrouvé à passer tout l’été à effectuer dix pastels au format raisin (c’est-à-dire soixante-cinq centimètres par cinquante-cinq) d’églises, de musées et de jardins lyonnais. Certes, le travail avait quelque peu un arrière goût d’amertume, mais cela me constituerait à coup sûr une bonne leçon quant aux véritables manières à adopter pour se comporter en être sociable et responsable dans ce monde. Hélas ! Que de naïveté ! Si je croyais que cela me suffirait à obtenir mon certificat dès la rentrée, je me mettais le doigt dans l’œil …

    A la rentrée, le professeur prit possession des pastels sans mot dire. Pour obtenir mon certificat, j’avais besoin d’un huit sur vingt.

    « — Qu’est-ce que vous en pensez ? lui demandais-je. »

    Il hésita :

    « — C’est mieux … répondit-il. »

    J’étais soulagé car j’avais échoué à mon certificat à cause d’une note de sept de demi. Mieux que sept et demi signifiait forcément huit au minimum …

    Mais c’était sous-estimer l’importance des rapports humains car, deux jours plus tard, par tableau interposé, j’eus la surprise de constater que ma note était de sept virgule huit !

    Je redoublais donc mon année avec une formidable épée de Damoclès au-dessus de moi. En effet, l’obtention du premier diplôme d’études fondamentales était rigoureusement exigé en trois années au maximum. Un seul redoublement n’était donc toléré, et un seul certificat manquant suffirait à faire échouer l’étudiant.

    « — Comment cela se passe-t-il, lorsque l’on a trois certificats à repasser en un même semestre ? demandai-je à l’administration.

    — C’est-à-dire ?

    — J’ai échoué en première année, à l’un des deux certificats du second semestre, et échoué en deuxième année aux deux du second semestre. J’en ai donc trois à passer, le C04, le C07 et le C08. Plusieurs cours me concernant vont donc être dispensés en même temps … »

    La personne hésita, puis solutionna, de la manière la moins concernée du monde :

    « — Ma foi ! Vous trouverez bien un moyen de vous arranger avec d’autres étudiants qui prendront les cours pour vous !

    — Mais n’y a-t-il pas moyen de passer qu’un des deux certificats C04 et C08, par exemple ? Tous deux concernent les mêmes matières, et le C08 constitue en réalité un prolongement plus abouti des enseignements du C04. »

    La secrétaire administrative me regardait avec de gros yeux éberlués, au travers de ses cinq millimètres de verres correcteurs.

    « — La résistance des matériaux du C08 est une prolongation de la statique du C04, le projet d’architecture du C08 est un projet de deuxième année, donc exigeant un aboutissement bien supérieur à celui du C04 …

    — Tous les certificats sont à valider, coupa-t-elle fermement, comme si, pour elle, la résistance des matériaux et la statique relevaient davantage de l’hébreu que de l’architecture. Vous pouvez sans doute éclaircir certains points avec vos enseignants, mais pour l’administration, ces requêtes resteront irrecevables, quels que soient vos arguments de défense. »

     

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Lili
    Mercredi 19 Septembre 2007 à 13:11
    J'adore le plantage de brosse ?ent qui rapporte la meilleure note !
    C'est vrai, ?? Ou tu exag?s (comme dans les impatiences) ? ;o)
    2
    visiteur_albertini
    Mercredi 19 Septembre 2007 à 20:45
    Moi aussi j'ai ? victime des rapports humains, pendant mes ?des, mais paar la suite, je me suis bien veng?car je me suis retrouv? faire le jury pour mon prof : lol !
    3
    visiteur_bregman
    Mercredi 19 Septembre 2007 à 21:05
    Lili -> Ici, tout est vrai, contrairement aux impatiences o?esque tout est faux ;) Le coup de la brosse ?ent est v?dique, et je le conseille ?out premi? ann?qui voudrait marquer son passage dans l'?le ! lol
    albertini -> bien fait pour lui ! il a d?ire une dr?de t?, et toi aussi, par la m? occasion (avec un petit rictus en plus, je suppose !)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :