• Rencontre avec l'auteur Thibault Delavaud

    Thibault Delavaud est un blogueur respecté dans le secteur du livre numérique et du petit monde des autoédités.

    Comme c’est un homme passionné, qui a énormément de choses à dire, Auteurs Indépendants a choisi de lui consacrer deux interviews : la première au sujet de son travail d’auteur, et la seconde au sujet de son travail de blogueur.

     

    1.  Bonjour Thibault. Tu es un blogueur très influent dans le domaine de l’autoédition. Avant de parler de ton travail d’auteur, est-ce que tu peux nous en dire plus sur qui tu es exactement, et comment tu en es arrivé à t’autoéditer ?

     

    Bonjour Charlie, merci de m’accueillir. Pour me présenter en quelques mots, j’ai 28 ans, je suis marié, je vis à Paris et, au quotidien, je travaille pour la « World Company ». J’écris depuis mon adolescence et j’ai écrit les nouvelles aujourd’hui publiées lorsque j’étais étudiant, à savoir durant les années 2006-2010. Je les ai laissées dans mon tiroir (ou plus exactement, sur le disque dur de mon ordinateur) puis, en 2012, lors d’une émission de Capital sur M6, j’ai découvert l’autoédition et je me suis dit : « let’s go ».

     

    thibault-delavaud-blog

     

    2.  Peux-tu nous parler brièvement de ton univers, de tes inspirations et de tes différents livres publiés ?

    J’ai publié exclusivement des nouvelles de science-fiction et d’anticipation. Mon objectif était d’écrire des histoires divertissantes tout en offrant au lecteur une réflexion sur la science. Point d’extra-terrestres, de guerres galactiques et autres univers post-apocalyptiques dans mes nouvelles. Il s’agit de science-fiction « soft », abordable par tous, ancrée dans un univers assez proche du nôtre. Durant l’écriture de mes nouvelles, je me suis inspiré d’Isaac Asimov, de Philip K. Dick et Dan Simmons, des auteurs que j’ai découverts adolescent.

     

    3.  À partir de quel âge as-tu commencé à ressentir l’envie ou le besoin d’écrire ? Qu’est-ce qui te plaît précisément dans la science-fiction ?

    J’ai toujours beaucoup lu, à la fois des grands classiques de la littérature mais aussi des biographies, des romans historiques et de la science-fiction bien sûr. J’ai commencé à écrire vers mes 13-14 ans, j’écrivais un journal intime et j’inventais des histoires qu’il me fallait coucher sur le papier.  Ce que j’apprécie beaucoup avec la science-fiction, c’est à la fois la liberté que procure ce genre littéraire et les supports de réflexion qu’elle propose. La simple description de l’univers dans un récit de science-fiction est une réflexion est soi sur l’avenir.  

    eden_thibault_delavaud

     

    4.  Dans Eden, tu nous emportes avec toi visiter notre monde au XXVème siècle. La Terre est totalement recouverte d’une atmosphère opaque à cause de la pollution, et la nature telle que nous la connaissons encore aujourd’hui n’existe plus que dans de quelques réserves africaines. Est-ce que tu peux nous en parler, et est-ce que le monde d’aujourd’hui te semble déjà se diriger vers un tel avenir ? Que vont trouver les hommes sur la planète Eden ?

    Eden soulève des questions sur l’écologie, la surpopulation, l’urbanisation mais elle traite surtout du combat entre la science et la religion. Je n’ai pas cherché à prédire l’avenir, j’ai simplement exploré une piste. Qu’importe la direction que prend la planète Terre, le principal enjeu pour l’avenir est selon moi l’affrontement très vif entre les différentes idéologies auquel on assiste depuis le début des années 90. D’un côté, la technologie et la science font d’immenses progrès et sont salués par beaucoup et, de l’autre, elles sont craintes et rejetées. On assiste également à un spectaculaire retour des religions, des fanatismes, de la guerre, des particularismes identitaires, partout dans le monde. Enfin, la démocratie et le capitalisme connaissent des crises, générant son lot d’interrogations et de mutations violentes.

    En ce sens, Eden apparaît comme un paradis fantasmé : chacun y projette ce qu’il y souhaite. Pour les scientifiques, elle est un trésor, un sujet d’expérimentation, pour les Créationnistes, une planète sacrée sur laquelle il est possible de donner à l’humanité une deuxième chance. Je me demande ce qu’elle représente pour le lecteur…

     

    5.  Quels sont tes auteurs de prédilection, et est-ce que l’on peut dire qu’un auteur de science-fiction est en quelque sorte un lanceur d’alertes ?

    J’ai beaucoup d’affection pour Asimov, Dick mais aussi pour Frank Herbert, l’auteur de Dune. Après il faut reconnaître que certains de leurs livres ont vieilli et ils ne sont pas tous bien écrits. C’est surtout la puissance de leur imagination qui m’a fasciné chez eux. Parmi les écrivains contemporains, hormis Dan Simmons, je dois reconnaître que je suis déçu et qu’il n’existe à mon sens pas de « grand auteur » de SF.

    Le mot « lanceur d’alertes » est trop fort selon moi. En revanche, un auteur de SF peut mettre en garde le lecteur contre certains phénomènes et dangereuses évolutions, comme Orwell ou Bradbury l’ont fait.  Je pense que son rôle principal est de, modestement, faire réfléchir le lecteur, l’amener à s’interroger et remettre en cause ses certitudes.

    dévotion-électrique_thibault_delavaud

     

    6.   Quel regard portes-tu sur notre monde actuel ?

    Je pense que, par certains aspects, le monde d’hier était mieux que celui d’aujourd’hui et que sur d’autres, le monde d’aujourd’hui est bien meilleur que celui d’hier. J’espère que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.

     

    7.   Que penses-tu de la différenciation systématique entre "auteur auto-édité" et "auteur tout court" ? Un auteur, c’est quoi, pour toi ?

    Il y a évidemment une différence dans le sens où un auteur autoédité et un auteur édité par une maison d’édition ne sont pas comparables : leurs démarches sont différentes. Cependant, j’incite grandement les auteurs autoédités à valoriser leur identité propre d’auteur, pas d’auteur indépendant. Si un auteur présente son œuvre, fait grandir son lectorat et communique intelligemment avec ses lecteurs, ces derniers se ficheront de savoir s’il est édité par une maison d’édition ou autoédité.

     

    8.   Et enfin, si tu souhaites en parler et que ce n’est pas prématuré pour toi, quels sont tes projets en cours et futurs en tant qu’auteur ?

    J’ai débuté il y a quelques mois l’écriture d’une nouvelle de SF, intitulée Chronos (titre provisoire). Cependant, j’ai beaucoup de mal à trouver le temps pour écrire et je bute sur la narration et certains aspects du récit. J’ai donc encore beaucoup de travail ! À plus long terme, j’écrirai dans d’autres genres, d’autres formats et pourquoi pas proposer des manuscrits à des maisons d’édition ? L’autoédition et le numérique sont très bien adaptés pour les nouvelles de science-fiction donc tant que j’écrirai de la SF, je passerai par l’autoédition.

     

    Merci Thibault. Nous te retrouverons le 26 mai prochain, pour une deuxième interview consacrée à ton travail de blogueur, et dans laquelle tu auras l'occasion de t'exprimer au sujet du livre numérique et de l’avenir de l’auto-édition en France.

     

    Retrouvez Thibault Delavaud sur son blog :

    http://thibaultdelavaud.fr/

    Et également toutes ses publications sur son site d’auteur :

    http://thibault-delavaud.iggybook.com/fr/

     

    En savoir plus sur Eden :

    https://www.youtube.com/watch?v=GLWKRarmoVU

    thibault-delavaud-video

     

    Retrouvez aussi Thibault interviewé par Chris Simon :

    https://lebaiserdelamouche.wordpress.com/2013/10/06/pourquoi-en-numerique-un-entretien-avec-thibault-dalavaud/


    Thibault Delavaud Page Facebook Auteur :

    https://fr-ca.facebook.com/delavaudthibault
     

    Thibault Delavaud Compte Twitter :

    https://twitter.com/t_delavaud


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Distribaffes
    Mercredi 20 Mai 2015 à 10:48
    Pas de "grand auteur de sf aujourd'hui" ? Le simple fait de déclarer ça est une preuve d'incompétence carabinée. Il est bon de lire des livres, pas seulement des best-sellers. Dan Simmons n'est qu'un vague sous-fifre de la sf, un remâcheur d'idées déjà vieilles, le Bernard Werber américain. On nage en plein délire, là. Iain Banks, Robert Charles Wilson, Ian MacDonald, Jeff Vandermeer, Christopher Priest, Catherine Dufour... : à lire d'urgence !
    2
    Mercredi 20 Mai 2015 à 12:14
    Bonjour "Distribaffes", à la défense de Thibault Delavaud, que j'ai aimé interviewer, tout le monde peut ne pas avoir les mêmes avis ;-) « Parmi les écrivains contemporains, hormis Dan Simmons, je dois reconnaître que je suis déçu et qu’il n’existe à mon sens pas de « grand auteur » de SF. » C'est l'avis de Thibault et peut-être qu'il viendra préciser son point de vue dans ces commentaires. Personnellement, je ne suis pas assez calé en SF pour apporter mon point de vue à moi, hormis le fait que Bernard Werber n'est certainement pas un auteur de SF. Et sinon, le "preuve d'incompétence carabinée" est en trop. Il s'agit de l'interview d'un auteur, et non d'un lecteur chroniqueur de SF ;-) Merci malgré tout pour votre commentaire, qui apporte de la matière au débat.
    3
    Thibault Delavaud
    Mercredi 20 Mai 2015 à 16:24
    Bonjour, Je n'ai pas lu tous les auteurs que vous citez mais ceux que j'ai lus (Priest et Banks) sont évidemment de bons auteurs mais ne sont pas selon moi au niveau de leurs maîtres d'antan. Par "grand auteur", j'entends un auteur qui, en plus d'avoir du succès et d'être salué par la critique, exerce une influence majeure sur la SF et auprès du grand public. De manière plus générale, la SF traverse une crise depuis plus de vingt ans. Le genre s'essouffle et se mélange à la Fantasy, tout en étant récupéré par le cinéma pour donner des "teintes" de SF, des éléments de décor, sans pour autant proposer des réflexions sur la science et sur l'avenir. A bientôt, Thibault Delavaud
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :