• Rentrer bourré

     
    Allez, arvi pas ! Bonne route ! On remet ça quand tu vieux, veux, heu, quand tu vieux, quand tu veux, ouais, c’est ça, quand on est dispos ! Oh mince, j’ai un peu tendance à claquer la portière des voitures, désolé, attends, je vais le refaire, comme ça, ça prouvera que je fais attention au matériel des autres. Tac. Tu vois, ça va mieux, hein, comme ça ? Quoi ? Comment ça, t’entends pas qu’est-ce que je te dis ? Putain, t’es bourré, ou quoi ? Fais gaffe en rentrant, quand même, hein, c’est pas bien loin, mais si tu tombes sur les flics, ça peut mal finir, hein, tu le sais ? Tu mets la main devant la bouche, comme ça, l’air de rien, tu fais ton timide pour pas qu’ils sentent ton haleine. Tu verras, si ça se trouve, tu échapes à l’alcootest et tu ne présentes que les papiers. Tu les as, les papiers, t'es sûr, ouais ? Bon, je te laisse alors. Ah oui, mince, la portière… Désolé, je l’ai encore claquée. Putain, je suis vraiment con. Attends, ne démarre pas, sauvage, je vais le refaire ! Regarde : tout doucement, comme ça ! T’as vu ? Consciencieux, hein ? Ah ben si, c’est vachement consensu… consenciel… consen… On s’en tape pas, quand même, non ? C’est hyper important, ça, tu te rends pas compte, c’est pas comme l’autre enculé de voisin d’en face, cet abruti qui roupille ! Tu sais quoi ? Il s’est fait massacrer la bagnole à la hache, je te jure, on dirait qu’il y a un mec parmi tous ses voisins, qui a pris une hache ou un gros gourdin bien fin comme une barre de métal, et paf, il lui a défoncé l’aile avant de son 4x4. Y’a des marteaux, hein ? Eh ben, le voisin, il est encore plus marteau, parce qu’il a mis un mot aux boîtes aux lettres pour dire qu’il faut un minimum de civisme, quand on accroche une bagnole, on est assez grand pour venir le dire tout seul au gars d’en face. Moi, je l’ai pris pour moi, le petit mot relou, tu te rends pas compte, je me gare toujours à côté de son tank, mais bon, ma Clio n’est pas munie de haches, que je sache, et si j’étais assez taré pour lui donner un coup de barre de fer en dehors du temps où je ne suis pas là, c’est-à-dire en pleine nuit, grosso modo, faudrait vraiment que j’accepte de me faire soigner. Là, c’est pas le cas, il est parano, le voisin d’en face. Il roupille comme une marmotte toute la nuit, le matin, quand il se lève, il est tout grinche d’aller travailler, il se rappelle même pas que la veille, il s’est fait emplâtrer par un fourgon blindé des surgelés dégelés, et comme il aime pas le voisin d’en face, allez, hop, il écrit un petit mot qu’il colle sur le panneau d’affichage des boîtes aux lettres. Remarque, je dis pas que c’est un mauvais endroit, parce que ce serait un mec de la Poste qui aurait fait le coup, ça ne m’étonnerait pas… M’enfin bon, le lendemain, il a quand même dû réaliser que c’était pas moi, alors il a dit qu’il savait qui s’était, tu parles, il veut faire son Patrick Bruel de la légende de voisinage, que du bluff, que de la mytho, c’est un pur dingo, et pis c’est tout. Il a dit que le proprio au véhicule clair n’avait que se dénoncer, parce qu’il savait que c’était lui, qu’il l’avait vu, et pis d’abord, ça l’étonne pas du tout parce qu’il l’aimait déjà pas avant et il avait bien raison parce que c’est un sacré gros con.
    Quoi ? T’as envie de pisser ? Putain, on se fait vieux, moi aussi, j’ai la vessie prête à exploser. Faut dire qu’on n’a plus l’habitude : deux demis, ça fait un entier, si l’on peut dire, et sans aller pisser, ça fait du volume. Je te dis pas, je vais battre mon record : 3 minutes 02 à pisser non stop top chrono. Tu fais mieux ? Quoi ? T’as jamais chronométrer ? Elle marche pas, ta montre ? T’as une montre qui fait altimètre, profondimètre, météo et tout le baltringue, et tu te chronomètres même pas pour pisser ? ça craint. 3 minutes 02, je te dis ! Ouais ! Comment ça, pas possible ? Attends, en petit filet, je dis pas le contraire, mais n’empêche que : 3 minutes 02. Et plus on cause, plus j’ai de chance de battre mon record, alors autant dire que je ne suis plus pressé. Le seul risque, c’est que je me pisse sur les pompes, mais bon, je suis juste à l’entrée de chez moi, moi, c’est pas comme toi ! Bon, t’as raison, bon vent, bye bye, cia-ciao, bisous chez toi et réveille pas tes femmes, sinon y’a faute. Moi, j’y vais.
    *utain, j’ai pas la clé, ou quoi ? Je l’ai mise où, cette putain de clé ? Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Ah, c’est toi, le voisin ? Bon dieu, t’es pas couché, encore ? Comment ? T’aimerais bien dormir et je parle fort ? Oh, hé ! C’est pas tous les jours la fête, hein, alors un peu de tolérance, tu vas pas la ramener, non ? T’as qu’à grimper sur ta femme et lui faire un petit troisième, ça t’occupera !
    Bon, désolé, mais je vais être obligé de tambouriner un peu sur la porte, là, parce que je sais plus où j’ai mis ma clé. Elle doit être dans une de mes poches, mais je la trouve pas. Hi hi, je crois bien que je suis bourré ! Qu’est-ce qu’on s’est mis, quand même, on devrait boire plus souvent, ça fait du bien, on a des vies de cons, ça s’arrose, les vies de cons, ça s’arrose et on en rigole, sinon… Oh hé ? Hep ! Tu m’entends ? Chérie chérie ! Me dis pas que t’es déjà couchée ? Putain, tu t’es encore endormie devant la télé ? Ben heureusement que je te réveille : tu pourras éviter de la laisser en veille ! Tu montes pas te coucher dans le lit ? Hein ? Ma clé, qu’est-ce qu’elle fout dans ma main ? Ah ouais, t’as raison, je la cherchais. Je suis vraiment trop con, je l’avais dans la main et je la voyais pas, c’est fou, hein ?
    Bon, je vais aller pisser. J’en profite pour éclairer un peu partout, là, parce que qu’est-ce que c’est sombre, dans cette barraque !
    Quoi ? C’est la nuit ? Tout le monde dort ?
    Et alors ?
    Pour une fois que c’est moi qui peux les réveiller en plein sommeil, elles vont pas se plaindre, les filles, non ?
    Ça fait deux ans, au moins, que je ne suis pas mis une murge avec un pote. Alors c’est pas le moment d’être agressive parce que tu manques de sommeil, hein ?
    Si t’as sommeil, t’as qu’à faire comme moi : tu te couches et tu fermes les yeux !
    Non mais !
    Les femmes, ça supporte rien. Egoïstes ! On sort sans vous, et voilà, on écope. C’est la scène !

    La prochaine fois, je partirai une semaine. Comme ça, au moins, ça me fera des vacances !





    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    visiteur_AlCPod
    Jeudi 10 Juillet 2008 à 12:42
    J'adore l'attitude du mec bourr?MDR.
    2
    visiteur_Ludéla
    Jeudi 10 Juillet 2008 à 14:30
    Ce texte est tr?fort, waha.
    La photo aussi, dans son genre... Il y a un nom de photographe qui va avec ? ... une source ?
    3
    charliebregman
    Jeudi 10 Juillet 2008 à 20:17
    AlCPod -> c'est proche de la r?it?non ?!

    Lud? -> c'est une photo que j'ai trouv?en recherche google "je suis d?l?:)

    http://je-blogue.blogspot.com/2007/09/helena-silva-paris.html
    4
    visiteur_silence
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 12:31
    d?l?ieux; j'arrive pas ?e tenir l'objet pour pisser et actionner le bouton du chrono en m? temps; surtout bourr?
    5
    visiteur_bregman
    Jeudi 4 Septembre 2008 à 22:37
    Pr?ntieux ! Tout ?pour dire que tu te tiens le gourdin ?eux mains !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :