• Roulez jeunesse ! Ou plutôt surfez !

    Aujourd'hui, je voulais vous parler d'internet. Quel beau produit, internet  ! Vous connaissez ça, vous, Internet, non ? Il faut mettre une majuscule, il paraît. Quand ça a commencé à devenir populaire, j’étais étudiant, et un prof de cinquante six ans qui semblait complètement dépassé par la rapidité des progrès informatiques, tentait de nous faire comprendre ce qu’il avait lui-même compris, en nous rapportant que ce qu’il avait retenu, c’était qu’il ne fallait pas dire « internet », mais « l’Internet ». Parce que c’était le nom d’une nouvelle autoroute de l’information, et que pour les noms, il faut toujours mettre des majuscules. Un peu comme l’Autoroute du Soleil quand vous partez en vacances, sauf que là, sur « l’Internet », vous surfez, et en ce qui concerne les destinations, il faut faire hyper vachement attention sinon vous avez vite fait de vous retrouver sur des sites indésirables.


    On s’était tous regardés sceptiques, et après le cours, histoire de déconnecter, on s’était précipités sur nos messageries personnelles pour relever nos mails.

    Aujourd’hui, presque douze ans plus tard, soit un cycle chinois (à quelque chose près, on ne va pas chinoiser), « l’Internet » est devenu internet, tout le monde surfe avec désir au travers des sites indésirables, et notre bon vieux prof a été interné.
    Le journal tout gris de nos grands parents a cessé de nous salir les doigts, et la lecture des informations se fait désormais à la molette de la souris.
    Tout le monde a accès à tout, et tout le monde ne cache plus rien.
    C’est l’époque du « m’as-tu vu, je suis sur Facebook », « vous avez une demande d’ami », « quoi, tu n’as pas de Flickr ? », « qu’est-ce qu’on fait, ce soir, on tchate ? », « hey, tu sais quoi, la voisine est à poil sur xxx.porn.refurb.anal.conne ! »
    Vos grands parents assistent, la zapette bien encrée dans la main, aux derniers souffles de la télé, et les oiseaux ne se doutent pas que dans quelques années, ils feront bien moins les malins quand les antennes qui leur servent de perchoirs auront disparu du paysage environnemental.

     




    Mais le pire, dans tout ça, voyez-vous, c’est que l’orthographe, la grammaire et la syntaxe font maintenant partie des valeurs d’autrefois. Moi-même, en vous l’écrivant ainsi, je me range du côté des « has been », car en langage moderne, il faudrait plutôt écrire : « on s’en fout des fotes, le principal, c’est l’info ».

    J’exagère ?

    Je vais vous prouver que non. Rendez-vous sur Yahoo, par exemple, pour les news. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les articles des news, chez Yahoo, sont de moins en moins écrits par des membres de Yahoo. Cela ne me perturberait pas plus que ça si, au moins, les erreurs de « frappe » (on va être gentil) étaient au moins corrigées lors de la mise en ligne. Mais non. On vit à l’époque de la REN-TA-BI-LI-TE, et comme le copier-coller est à la rentabilité ce que la relecture est au perfectionnisme, on copie-colle.

    Quand je pense à ces bons vieux profs de collège qui nous envoyaient en colle quand on copiait…

     



    Le monde a changé, je vous dis.
    Les valeurs ont été renversées. Le putsch non foutiste a eu lieu ! Brûlez vos dictionnaires et servez-vous de vos gommes comme projectiles ! Comment croyez-vous que se font les révolutions ? À coup de pavés jetés dans la mare ? Un peu de nerf, voyons ! Un peu d’entrain ! Pourquoi hésitez-vous ! Vous craignez les représailles , c'est ça ? Alors prenez un pseudo, faites comme moi ! Vivez avec votre époque !

    Sur Yahoo, à la page des news, ce matin : « Michael Jackson : sur la piste d'un «meurtrier», la police a perquisitionné chez le Dr. Conrad Murray… » 
    Jusque là, hormis les titres accrocheurs auxquels les journalistes nous ont toujours habitués, rien de bien alarmant. « Les enquêteurs sont certains d'une chose: Michael Jackson était accro aux médicaments et pratiquait l'automédication à outrance. A quel point ses médecins, notamment Conrad Murray, qui était présent au moment de la crise cardiaque du Moonwalker, a-t-il joué un rôle funeste? Le King of Pop est-il mort d'une surdose ou son corps était-il «simplement» épuisé des années de dépendance? »

    Il n’y a rien qui vous choque ?
    Ah, s’il vous plaît merci, rassurez-moi ! Dites-moi que je ne suis plus le seul vieux crouton de cette planète à davantage bondir sur mon siège pour la forme que pour le fond ! Si ?
    Allô, les impôts ? Je veux partir sur une île déserte , c’est possible ?
    Reprenons la phrase : « A quel point ses médecins, notamment Conrad Murray, qui était présent au moment de la crise cardiaque du Moonwalker, a-t-il joué un rôle funeste? »
    Exercice de grammaire. Supprimons tout ce qui n’est pas nécessaire et éludons. Cela ne donne-t-il pas : « A quel point ses médecins a-t-il joué un rôle funeste? »
    Pour moi, désolé, mais lorsqu’il y a plusieurs médecins, on remplace « a-t-il joué » par « ont-ils joué » et cela donne une phrase quand même un peu mieux accordée : « A quel point ses médecins ont-t-ils joué un rôle funeste ? »

     


    Parlons typographie, maintenant.
    En typographie française, le deux-points est précédé d’un espace insécable. Un petit clic sur la barre d’espace avant de presser le doigt sur la touche « deux points » ne me semble pas un effort surhumain pour quelqu’un qui est sur le point de se taper un article de deux mille caractères, non ?
    Pour les points d’interrogation, pareil. Par pitié, détachez-les des mots !

    Oh, cancres ! Oh, misérables négligents ! Oh, abonnés des radiateurs du fond de la classe ! Pourquoi vous acharnez-vous tant sur la langue française ? Elle ne vous plaît pas, la langue française ? Vous lui pissez dessus, à la langue française ? Vous n’aimez pas Pagnol , Saint-Exupéry  et Proust  ? La vue d’un gros livre vous provoque-t-elle à ce point des envies de tout casser ? L’éducation nationale a-t-elle à ce point échoué dans sa mission de vous ouvrir le cœur et les sens ?

    Elle est belle, notre langue. Par Saint-Ex , Balzac , Voltaire , Pivot  et les autres, elle est belle, nom d’une plume ! Par Toutatis  et Belenos , que le ciel vous tombe sur l’ordinateur, puisque vous ne respectez rien !
    Qu’il vous tombe sur le clavier et qu’il vous en brûle les doigts !

    Au moins, ça vous évitera d’écrire des conneries.


    Rwdxbhujkno ervkl jkjhg s  glkk  arghhh*$€ :7

    Aïe.
    Pourquoi chauffe-t-il comme ça, ce clavier ?
    Ce n’est pas le moment de me brûler le bout des doigts, j’ai ma carte d’identité à faire refaire, moi. Les empreintes des grands brûlés, ça autorise encore à voyager ?
    Je n’aimerais pas finir dans un fauteuil, avec les yeux rivés sur mon fond d’écran Bora-Bora, Papeete, l’Ile de Pâques, Bora-Bora, Papeete, l’Ile de Pâques qui tourne en boucle, moi.
    Je suis sûr qu’il y a des coups à faire, sur internet, pour les voyages dernière minute…
    Des coups à faire avec des séjours pension complète dans des hôtels service wifi tout compris.

    Déconnecter de mon monde, oui, mais de la toile, faut pas pousser…

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :