• Trente et un

     

     

     <o:p></o:p>

    Il faut avouer que je m’ennuyais quelque peu. La soirée commençait sérieusement à s’éterniser et, pour un premier janvier, on ne peut pas dire que le baromètre affichait une prévision certaine au beau fixe. A l’heure où tous les verres demeuraient enfin pleins, et nos regards complètement vides, il était temps, soit d’aller nous coucher, soit de passer aux choses sérieuses ! Minuit avait sonné depuis longtemps, les hommes commençaient à déprimer et les filles à bâiller, et nous savions déjà que ce trente et un ferait à coup sûr partie de tous ces trente et un ratés que nous avions déjà connus si aucun événement majeur ne se décidait à survenir rapidement.<o:p></o:p>

    L’alcool nous avait certes transportés de l’autre côté des rives et des timidités, mais, désormais, il nous fallait payer le prix fort. Nous étions tous venus ici pour y trouver une femme qui vaille de l’or, et c’était décidément au fond de nos verres que nous avions encore trouvé les meilleures pépites.

    <o:p></o:p> 

    Je regardai ma montre. Minuit quarante-cinq.

    Léa était déjà en train de sombrer dans les bras de Bernard, qui arborait le sourire niais et indémontable des gens ravis qui ont déjà tiré leur coup.

    <o:p></o:p> 

    Il ne restait que quatre possibilités : Camille, l’intellectuelle brunette amoureuse de Voltaire, Mathilde, la petite brune aux bras aussi poilus qu’un chimpanzé, Paule, une grande jument aux belles dents blanches, qui me dépassait d’ailleurs presque d’une tête, et Lucille, la blonde au teint blafard et au tempérament masculin, qui, cependant, possédait le net avantage de nous avoir dévoilé, dès son arrivée, de longues jambes fines et interminables contre lesquelles venaient faire systématiquement naufrage nos longs regards tristes et perdus de jeunes novices décidément inaptes à toute forme de drague constructive et fructueuse.

    <o:p></o:p> 

    Je regardai à ma droite : Mathilde. Enfoncée dans le canapé telle une marionnette complètement démantibulée et délaissée, elle arborait les grands yeux noirs écarquillés et fixes des poupées dont les paupières ne tombent que lorsqu’on leur bascule le corps à l’horizontale. Elle m’adressa soudain un regard en coin en esquissant un sourire, ce qui, hélas, au lieu de déboucher sur un début de conversation, me laissa entrevoir une rangée de dents aussi désordonnée qu’une rangée de soldats terrorisés qui auraient voulu fuir une caserne dont l’haleine était devenue trop bien peu fraîche. Vêtue d’une robe noire assez fine pour indiquer clairement une jeune bedaine déjà très prometteuse, elle croisait et décroisait ses jambes, dont les genoux, assez cagneux pour la mettre hors jeu de toute discipline sportive, semblaient définitivement la vouer aux belles et légendaires études littéraires en Hypokhâgne.<o:p></o:p>

    Pour être discrète, elle était discrète ! Limite muette, d’ailleurs. J’essayai de me remémorer un moment de la soirée où elle avait forcément dû prononcer un mot, mais c’était peine perdue. Sa voix devait être un de ces trésors inestimables auxquels n’accèdent que les contrebandiers des dessous de couette.

    <o:p></o:p> 

    Je jetai donc un œil sur ma gauche : Lucille, le coude posé sur mon épaule, la joue dans la main, et le regard complètement vide. Je n’avais d’ailleurs pas cru possible qu’une fille fût capable de dégager autant d’ennui d’un coup. Pourtant personnellement très doué en manque de conversation, je fus saisi de plein fouet par l’idée que je n’étais et resterais en la matière, qu’un amateur exacerbant, dont même les plus grands silences demeureraient toujours plus causants que les siens.<o:p></o:p>

    J’essayai de me ressaisir en lui proposant le whisky qui semblait le mieux convenir à son allure mélancolique :

    — Un bourbon, pour ton bourdon ?

    Elle leva doucement ses beaux yeux clairs vers moi, esquissa un sourire plein de connivence, et me tendit son verre.<o:p></o:p>

         Un bourbon ! s’exclama-t-elle.

    <o:p></o:p> 

    Jules surgit soudain de nulle part, un peu comme un Zorro dans la nuit, mais qui aurait cependant oublié et son masque, et son épée. Admirant son courage à s’être ressaisi avant que la pendule ne décide une fois pour toutes de nos sorts, je compris qu’il avait enfin décidé de mettre le plan B dont il m’avait parlé la veille, à exécution : puisque Bernard lui avait volé l’amour de Léa, il se rabattrait sur Lucille !<o:p></o:p>

    — Ah, ah ! On passe au bourbon ? Ça devient sérieux ! s’exclama-t-il subitement.<o:p></o:p>

    Lucille porta le verre à ses lèvres et en avala une longue et patiente gorgée qui semblait lui faire autant d’effet qu’une cuillère de miel sur une gorge irritée.<o:p></o:p>

    — Attention ! Lui, il te couche en moins de deux ! fit-il en se saisissant de la bouteille.<o:p></o:p>

    Légèrement déçu par ce soudain regain d’énergie de sa part, je ne relevai pas le double sens qu’il venait de proclamer à son insu. Maladroitement, il venait de m’offrir une ouverture en or : Lucille ayant compris, hélas, qu’il avait parlé de moi !<o:p></o:p>

    Elle fit retomber sa longue chevelure dorée sur son épaule et m’adressa un regard d’une féminité sur laquelle je n’aurais jamais parié. D’abord charmé, j’admirai enfin, comme il se devait, son visage d’ange et sa blancheur virginale, qui ne semblait avoir d’égale que la parfaite douceur de sa peau.

    <o:p></o:p> 

    Attardant mon regard sur sa bouche sensuelle, sur laquelle allait et venait une langue rouge et tendre dont la saveur devait ressembler à s’y méprendre à celle d’un de ces fruits exotiques que seuls les grands aventuriers ont eu le bonheur de rencontrer, j’eus l’incohérente et amère condescendance de songer que céder à une telle tentation, vis-à-vis de Jules, serait comme le tuer une seconde fois dans la soirée.

    <o:p></o:p> 

    Je ne pouvais pas lui faire cela ! Jules avait traversé la France entière pour prendre possession d’un amour que son cousin et éternel acolyte Bernard lui avait finalement dérobé, in extremis. Effondré par ce terrible échec, il avait su trouver en soi la force de croire qu’il pouvait immédiatement chasser cette histoire de son esprit en se jetant dans les bras de Lucille … Et, désormais, c’était à moi de sonner la fin de la partie, en acceptant ce baiser d’elle, qui semblait déjà s’avancer lascivement vers moi ?

    <o:p></o:p> 

    Un élan de loyauté monta en moi à la vitesse d’un cheval de course au galop, et s’empara du poste de commandement de mes émotions soudaines avant qu’il ne fût trop tard. Tandis que mon cœur sonnait déjà le tocsin, et que mon sexe s’imaginait pouvoir être enfin de la fête, je ravalai ma salive et ma libido, et vidai d’un trait le reste de whisky qui me restait dans le verre.<o:p></o:p>

    Je regardai Jules en essayant de lui faire comprendre que je ne comptais pas lui laisser sa chance pour rien, mais, face à de grands yeux fixes et atterrés, je compris que le doute l’avait déjà envahi à nouveau, et qu’il n’était pas prêt de passer à l’action tant qu’il me crut encore dans la course.

    <o:p></o:p> 

    Je me tournai donc soudain vers Mathilde, et mimai le grand jeu auquel les pauvres naïves de son âge n’y voient que du feu. Les yeux dans les yeux, j’approchai mes lèvres de sa bouche, et l’embrassai soudain avec une ferveur qui m’étonna moi-même.

    <o:p></o:p> 

    Je crus comprendre qu’il s’agissait pour elle d’une toute première fois, tant les moulins de nos langues semblaient peu coordonnées dans nos bouches, mais elle sembla cependant suffisamment satisfaite de la chose pour revenir d’elle-même à l’assaut au moment de la petite pause que je voulus rapidement instaurer.<o:p></o:p>

     Elle se serra très fort contre moi, et m’embrassa donc sans vouloir me laisser respirer, avec l’entrain et l’application qu’y mettent seuls les jeunes novices qui ne veulent pas décevoir.<o:p></o:p>

    Je sentis ses seins pointer contre mon torse, et me rendis compte que ce petit intermède affectif n’avait, ma foi, rien de rebutant.

    <o:p></o:p> 

    Dans mon dos, Jules n’osa plus rien tenter de la soirée. Il vida quelques derniers verres sans un mot, et sombra dans une mélancolie encore plus profonde.

     

    Lucille, quant à elle, m’en voulut à mort tout le reste de la soirée, d’autant plus que je ne pus m’empêcher de lui adresser des regards pleins de remords tout le reste de la nuit.

     

    Et ce fut donc sur cet élan incongru de générosité que je commençai la nouvelle année qui s’offrait à moi ...

     

     

     


  • Commentaires

    1
    visiteur_Jules
    Mercredi 8 Mars 2006 à 17:53
    Bien vu Rom?! Pour moi (et le reste de la troupe) le bourbon de ce soir l?vait un l?r go?e banane... Sache que je ne pourrai jamais te remercier assez pour ce sacrifice tel que seuls les vrais amis sont capables d'en faire. Il n'y a bien que toi qui m'ai laiss?a chance... Quant ?ucille peut-?e qu'au d?ur d'un tabac du sud...
    2
    visiteur_bernard
    Jeudi 9 Mars 2006 à 17:47
    c'est bizarre, ?me rappelle quelque chose cette histoire! ?sent le plagiat ?lein nez ce truc
    3
    visiteur_mathilde
    Jeudi 9 Mars 2006 à 18:15
    charlie, je ne t'ai pas oubli?tu hantes mes nuits depuis si longtemps....oui, tu as ? et tu resteras ?amais le premier qui a su ?iller en moi des sensations insoup?n?...je t'aime toujours charlie! appelle moi je t'en supplie !! si tu ne le fais pas pour moi, fais le pour le fruit de notre amour, Joseph, l'enfant que nos avons con?cette nuit l?.si tu savais comme il te ressemble!
    Sign? Ta petite gueunon qui t'aime.
    4
    charliebregman
    Vendredi 10 Mars 2006 à 14:54
    Ch? Mathilde,
    Merci de me contacter par l'interm?aire du Vatican.
    C'est en g?ral l?as que se traitent les ?nements que l'on peut qualifier de "miraculeux"... ;)

    Cher Bernard,
    Tu es sur la bonne voie. Apparemment, tu recouvres enfin tes esprits. Encore un petit effort, et il n'y aura plus la moindre amn?e et tu pourras enfin nous faire part de ce qui s'est REELLEMENT pass?.. h??!

    Cher Jules,
    Ce soir-l?c'est mon c?aventurier qui a pris le pas sur le c?confort. Et il faut croire que le "bourbon" avait l?rement abim?a perception de "la chose" car je ne m'?is pas franchement aper?que la fourrure de la demoiselle ne faisait pas partie de ses v?ments :(
    5
    visiteur_Liliput
    Dimanche 27 Mai 2007 à 00:40
    Je n'avais jamais vu le reflet de la nana dans le verre ... C'est nouveau ?
    6
    visiteur_bregman
    Dimanche 27 Mai 2007 à 20:44
    Non non, tu as juste d?v?ntre temps ;)
    7
    Lisa du 53
    Samedi 31 Janvier 2009 à 23:28
    Tout cela est tr?gentil de ta part mais ?lement fort m?ant pour cette Lucille !
    Il faut toujours ?uter son coeur et ne pas faire en focntion des autres.
    Du moins, c'est comme ?que font les vrais hommes... ceux qui sont des salauds ;o)
    8
    charliebregman Profil de charliebregman
    Dimanche 1er Février 2009 à 17:58
    C'est bien ? le probl? : je suis un vrai salaud quand je veux ?e gentil, et quand je suis salaud, les autres mecs me trouvent gentil ! lol
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :