• Vivre pour travailler

    Comme ton existence ne sera pas celle que tu aurais voulue, tu te réfugieras dans le travail. Chaque jour les mêmes gestes, chaque jour le même rituel, chaque jour la même méthode. Coué : cloué !

    Chaque jour tu espéreras la fin de la semaine, et chaque semaine, tu espéreras la prochaine période de congés. Attablé chaque soir à la table de tes espoirs de plus en plus improbables, tu attendras la visite de mademoiselle la chance, en remplissant des grilles de loterie ou en grattant des billets d’une pièce de monnaie, comme un chercheur de trésors qui ne voudrait même pas se salir les ongles. Un verre d’alcool à la main, et un autre dans le nez, tu feras des pronostics affreux sur le reste de tes jours à parcourir, ou bien des blagues vulgaires qui te feront oublier encore plus fort la triste réalité dans laquelle aucun de tes comparses ne voudrait se baigner.

    Ta vie sera devenue ton piédestal, et les jeunes d’aujourd’hui rien que des cons. Ta mémoire : une référence. Leur ambition : une insolence.

    Que justice soit faite ! Tu auras ta place au sein du dictionnaire, bien évidemment : pile poil entre les plantes fourragères qui poussent en touffes compactes, de la famille des graminées, et le nom commun plus ou moins familier caractérisant la sottise ou la stupidité.

    Entre crételle et crétinerie, en quelque sorte …

     

    Rubrique Mille et une nuits / Vivre pour travailler

    Bookmark and Share<script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :