• Licenciez-moi ! (3-Docteur Poil)

    DRH docteur psychanalyse entretien annuel du salarié patronnat patron patronat salaires embauche évaluation augmentation

    [Vous désirez lire l'épisode précédent ? Cliquez ici ! ]

     

    [Pour reprendre le fil depuis le début : ici ! ]

     

     

     

    Ils tirent de leur manche une vieille feuille gribouillée : la fiche qu’ils tiennent à propos de moi. Visiblement, pas de quoi remplir un dossier d’archives municipales. Dès que je suis arrivé parmi eux, ils m’ont collé une étiquette qui semble leur suffire. Ça aide à avoir plus d’emprise sur les gens, de leur mettre des étiquettes dans le dos. Plus l’étiquette est mise tôt, plus elle vous colle à la peau, et plus vous vous tenez tranquille.

    — Ton dernier entretien annuel remonte à un an et demi ? s’étonne Grand Notaire.

     

    Personnellement, je m’en souviens comme si c’était hier. Ces deux andouilles s’étaient fait assister par Docteur Poil, un gros monsieur plein de poils jusque dans les mains, payé pour faire pousser des culpabilités dans la tête des employés, et inventer des supervertus aux patrons afin de leur redonner les superpouvoirs instinctifs dont ils ne pouvaient plus bénéficier à cause de la vilaine méchanceté de leurs médiocres salariés. Le bilan de l’opération, du niveau de la productivité de l’entreprise, ne sauta pas forcément aux yeux, mais une ambiance pourrie s’installa dans l’agence pendant presque un an, ce qui prouve d’ailleurs que l’on n’est pas au travail pour se faire des amis mais bel et bien pour se faire presser le jus tant que l’on peut en donner, et cela dans le climat le plus malsain qui puisse être : « et lui, d’abord, il en donne autant que moi, du jus, pour s’octroyer un salaire pareil ?! »

     

    Le montant scandaleux de la note d’honoraires de Docteur Poil fut gardé secret. Même notre secrétaire comptable, muette comme une tombe ouverte, préféra ne rien laisser filtrer de cette information qui, à coup sûr, devait avoir le goût d’un arrangement plus ou moins mafieux entre Docteur Poil et ses deux clients, dont l’un avait bien évidemment pris la peine de nommer parrain de sa fille le maître sauveur en question.

    A défaut de sentir le whisky, que Docteur Poil vidait bouteille sur bouteille comme un capitaine Haddock à bord d’un navire en plein naufrage, cette alliance sentait le dessous de table à plein nez, et j’aurais aimé pouvoir être agent du fisc pour pouvoir me féliciter d’avoir un flair pareil.

     

    — Ah bon … Ça m’étonne …

    Grand Notaire aime bien jouer les étonnés. C’est son rôle préféré. Il s’étonne d’un rien et est sûr de tout. Pour ceux qui ont la chance d’avoir des enfants et se taper, donc, les aventures de Winnie l’ourson comme seule grand messe quotidienne, Grand Notaire, il faut l’appeler Maître Hibou.

    Hormis les plumes, c’est le même.

    — On s’en fout, coupe Little Nervous Browny, qui commence déjà à s'impatienter sur sa chaise. Si on attaquait ?

     

    Grand Notaire le regarde avec de grands yeux interrogateurs, et face à un silence déplorable d’incompétence, il prend la décision de suivre les grandes lignes d’entretien définies par le Docteur Poil :

    — Si tu commençais par nous redéfinir ta fonction parmi nous ?

    J’ai envie de leur dire que s’ils ne savent pas ce que je fous chez eux, il serait grand temps d’effectuer un petit stage de management, mais bon. Passons ! Après tout, ce n’est pas mes oignons ! Je suis un employé modèle, bête et discipliné, insoupçonnable et sans ambition, et corvéable à merci, à qui il faut donc accorder une augmentation bien méritée. Voilà du moins ce qu’il va falloir leur faire implicitement reconnaître !

    Le reste, c’est de la formalité : un interrogatoire peu approfondi qui, si je me tiens bien, n’ira peut-être pas jusqu’aux traditionnelles fouilles rectales auxquelles tout salarié modèle est en droit de s’attendre.

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     

     

    [à suivre ici]

    <o:p> </o:p>

     

    <o:p></o:p> 

     

    <script language=javascript type=text/javascript> WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script language=javascript src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script language=javascript type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);}</script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Edouardo IV
    Lundi 24 Juillet 2006 à 11:12
    Encore un grand cru, et d?le lundi matin !
    Toujours aussi fort, Bregman.

    Attention tout de m? de ne pas trop flirter avec le pr?pice !?
    2
    charliebregman
    Lundi 24 Juillet 2006 à 22:27
    C'est tout mon probl? du moment, en ce moment, "flirter avec le pr?pice" !

    Sans le risque de pouvoir tomber, le jeu du funambule n'a plus d'int?t :)
    Et puis, de toute fa?, nous ne sommes pas immortels.
    Alors autant prendre cette donn?en consid?tion et oser la regarder droit dans les yeux.
    3
    visiteur_benard
    Mercredi 26 Juillet 2006 à 19:10
    vite la suite!!
    4
    charliebregman
    Jeudi 27 Juillet 2006 à 05:05
    Charlie est matinal : ce sera chose faite dans 5 minutes ;)
    5
    visiteur_Sandra
    Samedi 5 Mai 2007 à 12:33
    Je ne suis pas press?de sortir de l'?le ;o)
    6
    charliebregman
    Mardi 8 Mai 2007 à 15:11
    Moi, j'?is press?e quitter cette ambiance de travail ... et je crois que j'ai bien fait ;)
    (car l?as, l'aventure continue !!!)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :