• Madame Claudine



    Il y a des gens, des personnes, des âmes qui vous marquent toute une vie. Madame Claudine est de celles-ci.

    J’aimerais pouvoir lui dire merci, une dernière fois, pour tous les espoirs qu’elle aura su placer en moi, malgré cette pesanteur immonde et indéfaisable contre laquelle je me serais pourtant battu jusqu’aux dernières forces.
    J’aimerais pouvoir lui dire merci pour toute cette confiance en moi qu’elle aura su me verser dans le cœur, et puis pour cette foi indicible en la réussite, en ma bonne étoile, quelque part, qui brille au-delà des cieux les plus sombres et hostiles.
    J’aimerais pouvoir lui dire combien je suis désolé de ne pas l’avoir reconnue tout de suite, l’autre jour, lorsque je l’ai croisée après dix longues années de silence, combien j’ai honte de ne pas avoir fait demi-tour et venir lui adresser ma plus sincère tendresse.

    Dix ans que nos voix ne se sont pas parlé. Quinze ans que nous ne nous sommes pas croisés.
    Et pourtant, cette vieille dame aux cheveux blancs, je l’ai reconnue, et elle m’a reconnu moi aussi, j’en suis sûr, car bien des fois je pense à elle, sans oser la recontacter, et bien des fois elle doit penser à moi, sans oser le faire non plus de son côté.

    Un jour, j’apprendrai son départ définitif et je saurai enfin combien le temps est précieux lorsqu’il est encore là, devant soi, à portée de main, tout frais et disponible.
    Ai-je encore le temps ?
    Ai-je encore le temps, de prendre mon temps, de douter de moi à ce point et d’avancer à reculons, de feindre la foi et de trembler devant l’inconnu ?

    Il y a bientôt vingt ans, elle me disait : « Surtout, garde toujours cette belle écriture qui est la tienne ! »

    Vingt ans.
    Vains mots.
    Ne subsiste maintenant que le doute et la douleur.

    J’ai bien fait, Madame Claudine, de ne pas m’arrêter, l’autre jour. J’ai bien fait et il ne faudra pas m’en vouloir.
    Lorsque l’on doute, on ne s’expose pas, c’est indécent : on se cache, on s’isole, on se renferme et on meurt.

    A trente trois ans, en vérité, je n’attends maintenant qu’une seule chose : ma résurrection.


     




     

     

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[    WEBO_ZONE=1;   WEBO_PAGE=1;   webogold_ok=0; // ]]></script><script language="javascript" type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script><script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[    if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);} // ]]></script>  
    Bookmark and Share <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Lili
    Dimanche 9 Mars 2008 à 09:55
    Moi, je n'ai pas ce probl?, je ne reconnais jamais les gens, m? quand ils sont jeunes !
    2
    visiteur_Charlie Bre
    Lundi 10 Mars 2008 à 21:35
    Dois-je comprendre que tu as tendance ?aire ta snob ? :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :