• Acte I article 02 - Cas de conscience

     

     

         C’est mon jugement, c’est ça ? Vous êtes mon bourreau ?<o:p></o:p>

         Je suis là pour te mettre en face de la réalité.<o:p></o:p>

         La réalité, pour vous, c’est ça : une salle d’attente avec rien à faire et rien à lire ?<o:p></o:p>

         Ce n’est pas une salle d’attente.<o:p></o:p>

         Rassurez-moi vite : ce n’est tout de même pas une salle de consultation ?<o:p></o:p>

         Ma foi : tant que tu n’auras pas pris conscience de certaines choses, il est évident que tu ne transiteras pas ailleurs.<o:p></o:p>

         Et ça peut durer longtemps ?<o:p></o:p>

         Cela ne dépend que de toi.<o:p></o:p>

         C’est-à-dire ?<o:p></o:p>

         Personnellement, je ne suis pas pressé. Par contre, j’en connais, en bas, qui espèrent te voir revenir du coma avant qu’il ne soit trop tard.<o:p></o:p>

         Trop tard pour quoi ?<o:p></o:p>

         A partir d’un certain moment, les séquelles sont assez difficiles à supporter. Pour le patient, comme pour sa famille.<o:p></o:p>

         Je vais être un légume ?<o:p></o:p>

         Si tu tardes trop, ce n’est pas exclu.<o:p></o:p>

         Mais c’est du chantage !<o:p></o:p>

         Hélas, personnellement, je n’ai rien à y gagner : je ne fais que mon travail ! Qu’il s’agisse de toi ou d’un autre, pour moi, c’est la même chose.<o:p></o:p>

         Qui êtes-vous, au juste ?<o:p></o:p>

         Encore une fois, je ne suis pas habilité à répondre à ce genre de question.<o:p></o:p>

         Qui vous l’interdit ?<o:p></o:p>

         Le règlement.<o:p></o:p>

         Les règlements, ne peut-on pas y déroger ?<o:p></o:p>

         Les règlements sont faits pour être appliqués.<o:p></o:p>

         Vous ne devez pas être marrant tous les jours.<o:p></o:p>

         Je ne suis pas payé à être marrant.<o:p></o:p>

         Parce qu’on vous paie ?<o:p></o:p>

         Bien sûr. Si tu crois que je suis là pour tes beaux yeux …<o:p></o:p>

         Pourquoi ne puis-je pas voir votre visage ?<o:p></o:p>

         Parce qu’il te ferait peur.<o:p></o:p>

         Je n’ai pas l’habitude d’avoir peur. J’ai peur de rien.<o:p></o:p>

         L’habitude se prend vite, dans certaines circonstances.<o:p></o:p>

         Je n’ai peur de rien, je vous dis. Faites-moi voir votre visage !

     

     

    [tourner la page vers Acte I article 3]

     

     

    <o:p></o:p>

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; // ]]></script><script language="javascript" type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script><script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,224736);} // ]]></script>

    Bookmark and Share <script type="text/javascript" src="http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js?pub=bregman"></script>


  • Commentaires

    1
    visiteur_Thézou@free
    Mardi 21 Mars 2006 à 19:59
    Interessant, j'attends la suite , c'est myst?eux :-)

    Moi j'ai publi?ne nouvelle po?e :-)

    Bonne soir?!
    2
    charliebregman
    Mercredi 22 Mars 2006 à 09:51
    D?l?our la double ?tion. L'article 2 ?it le m? que le 1 ... c'est corrig?Bonne lecture !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :